Mediaterre

[Suivi] G7 Environnement : Que s'est-il passé ? 



  • Cet article fait suite à une première publication explicative du G7 et G7 environnement. 

    Le G7 Environnement s’est déroulé à Metz en France le 5 mai 2019. Il s'agit d'une réunion des ministres qui se déroule avant la tenue du Sommet international de Biarritz, du 24 au 26 aout prochain.

    Pour rappel les sujets avancés étaient :

    • Lutter contre les inégalités par la transition écologique solidaire
    • Soutenir les alertes scientifiques et la mobilisation internationale sur la biodiversité et le climat
    • Promouvoir des solutions concrètes pour le climat et la biodiversité
    • Financer la préservation de la biodiversité

    Mais qu’en est-il concrètement des discussions après cette réunion ?

    Bien en amont de la tenue de cette réunion, les ministres membres étaient pessimistes face à la position des États-Unis. Cela c’est confirmé dimanche en fin d’après-midi. Le ministre français de la Transition écologique et solidaire François de Rugis disait : « Nous savons d’ores et déjà que sur le climat, les États-Unis exprimeront leur propre position à côté du communiqué final »

    Andrew Wheeler, l'administrateur de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) – qui en fait de facto le ministre de l’environnement américain – soutient une mobilisation beaucoup plus importante quant au problème de pollution des océans et notamment de la décharge de plastique qui s’y trouve. Pour lui : « Toute réduction de matière est bonne, mais je m'inquiète de ce que les gens pensent qu'avec l'interdiction des pailles en plastique nous avons résolu le problème ». Il explique que les américains ne se sentent pas impliqués dans le problème de la transition écologique. «Notre problème aux États-Unis est que la plupart des Américains pensent que s'ils déposent leurs matériaux dans la poubelle de recyclage en bas de la rue, ils ont résolu le problème. Ce n'est pas le cas» explique-t-il.

    Néanmoins, le rétropédalage entre les mots et l’action se fait sentir quand il indique : « nous n'allons pas prendre des mesures internationales qui nuiraient à notre compétitivité, comme l'Accord de Paris sur le climat ». Les autres déclarations d’Andrew Wheeler du dimanche 5 mai 2019 sont disponibles ici. 

    Les participants au G7 Environnement ont discuté de plusieurs initiatives à mettre en place comme : la lutte contre la déforestation, la pollution plastique, les systèmes de climatisation propre, etc. Ces discussions autour de ces initiatives sont censées créer des coalitions de pays pour les mettre en œuvres et les financer. 

    L’ONG Greenpeace avait donné, avant la tenue de cette réunion, des directives aux représentants des pays pour lutter contre le réchauffement climatique. Ces directives sont consultables ici.

    Les ONG qui étaient invitées à participer aux travaux – trop brièvement selon elles – se sont déclarées déçues par ailleurs que les ambitions ne soient pas plus marquées et les objectifs pas plus concrets. (Le Monde)

    Le lundi 6 mai, est  rendu un rapport officiel sur la situation des écosystèmes dans le monde. La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES en anglais) a rendu public son rapport dont vous trouverez un résumé ici et la version complète du rapport de l’IPBES ici.

    La Charte de Metz, lancé par Brune Poirson a été signée par tous les pays présents à ce G7 environnement. Non contraignant et dépourvu d’objectif chiffré, ce texte indique toutefois la nécessité d’« accélérer et intensifier nos efforts pour mettre fin à la perte de biodiversité », « encourager l’engagement d’autres acteurs », notamment le secteur privé, et « soutenir l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 » selon l'aticle du Monde du 06 mai.

    La fin du G7 environnement est marquée par un communiqué de 58 pages que vous pouvez consulter ici.

    Un paragraphe de ce communiqué précise la position des États-Unis : « Les États-Unis réitèrent leur intention de se retirer de l’Accord de Paris et réaffirment leur ferme volonté de promouvoir la croissance économique, la sécurité et l’accès énergétiques et la protection de l’environnement. ». Même si Andrew Wheeler s’est montrés favorables à la défense de plusieurs programmes, notamment : la défense des grands singes, des coraux australiens, la gestion durable des déchets, l’économie circulaire, l’alliance pour les océans.

    LIENS  

    L'article de Le Monde 
    Le rapport IPBES 
    le résumé du rapport 
    La journée complète du Républicain Lorrain 
    Les directives de Greenpeace 
    La Charte de Metz (PDF)

    Revivre la journée du lundi 6 mai au G7 environnement avec le Republicain Lorrain. 

    Crédit photo d'en-tête d'article : Ministère de la Transition écologique et solidaire via Twitter @Min_Ecologie

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0