Mediaterre
   

L'essor des circuits courts énergétiques



  • Par Laure Cailloce

    Que ce soit à l’échelle d'un bâtiment, d’un quartier ou d’une ville, il est désormais possible d'autoconsommer l’électricité produite localement grâce au renouvelable. Le point sur les dernières avancées techniques et législatives, à l’occasion du colloque Énergie qui se déroule lundi 29 janvier au siège du CNRS.

    À Bordeaux, la résidence des Souffleurs, dans le quartier de la gare, fait figure de pionnière. Depuis le début de l’année 2018, les 60 locataires de cet immeuble à loyer modéré consomment directement l’électricité produite par les 260 mètres carrés de panneaux photovoltaïques installés sur le toit. Une première rendue possible par la loi du 24 février 2017, qui révolutionne la consommation d’énergie dans l’Hexagone : alors qu’ils étaient jusqu’ici fortement incités à revendre leur électricité à l’opérateur public EDF, les particuliers qui ont installé des panneaux solaires sur leur habitation peuvent choisir de consommer tout ou partie de leur électricité, seuls mais aussi collectivement. « Avec cette loi tant attendue, les foyers équipés en renouvelable, mais aussi leurs voisins qui ne seraient pas équipés, peuvent désormais se constituer en personne morale, via une association par exemple, afin d’autoconsommer collectivement l’électricité produite localement », explique Frédéric Wurtz, directeur de recherche au Laboratoire de génie électrique de Grenoble (G2ELab)...

    Lire la suite de l'article du Journal du CNRS

    Source : Le journal du CNRS

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0