Mediaterre
   

L'Afrique croît-elle aux dépens des préoccupations sociales et environnementales ?



  • Les engagements internationaux sur l’environnement, le climat vont dans le sens d’encadrer les économies, dans le but d’encourager les Etats et les peuples à contribuer aux efforts de préservation de la biodiversité.

    Certains Etats africains connaissent depuis une dizaine d’années une croissance économique soutenue moyenne de 3% à 4%. Cette croissance est variable selon les régions et les pays du continent. L’Afrique de l’Est connaît par exemple la croissance la plus rapide soit 5,7% en 2018.Cette croissance encourage l’investissement sur le continent. Par conséquent, les activités économiques en Afrique – essentiellement des activités extractives sont de plus en plus intenses ces vingt dernières années, dans un contexte de concurrences mondialisées.

    Cependant, cette forte croissance peine à réduire la pauvreté et le chômage. Au même moment les préoccupations environnementales sont manifestes. La surexploitation des ressources pollue, dévalorise les zones forestières, affaiblit les mécanismes divers de résilience aux aléas naturels. Comment penser les économies africaines en lien avec les problématiques environnementales ?

     

    Une croissance économique qui est  non inclusive dans plusieurs régions du continent…

    La forte croissance économique enregistrée sur le continent ne se traduit pas sur le terrain par une transformation positive de la vie des personnes. Elle résulte pour l’essentiel du secteur tertiaire notamment des domaines des services de télécommunications, des banques et assurances, des industries extractives, qui sont dominés et contrôlés par les investisseurs étrangers au continent. Les secteurs primaires et secondaires souvent occupés par les populations locales, sont fragiles et d’un moindre apport aux économies nationales, en plus d’être les premiers à subir les effets de la dégradation de l’environnement.

    Par conséquent l’illusion de la croissance est dévoilée par les inégalités sociales de plus en plus accentuées en dépit de la croissance au vert. Mais encore, les disparités entre certains pays producteurs et d’autres pays transformateurs (essentiellement de l’Europe et des Amériques) sont plus perceptibles. L’extraversion des économies africaines, la non-transformation des ressources naturelles, qui logiquement créent une croissance non inclusive, ont des conséquences dans le domaine social, économique, sécuritaire, humanitaire et environnemental.  

     

    Les effets de certaines activités économiques sur l’environnement 

    L’Afrique concentre près de 30% des réserves minérales mondiales, 10% du pétrole et 8% du gaz naturel. Les économies africaines dépendent chroniquement des activités extractives de minerais ( or, argent, platine, bauxite, fer, cuivre, uranium, coltan). Ces activités sont la cause de l’économie des guerres dans certaines régions (Centrafrique, RDC, Mali) ; elles sont la source de déforestation, de pollution, de rupture d’écosystème, du fait de l’usage de techniques nocifs et de produits chimiques ; elles dévalorisent certaines terres, les rendent inhabitables et non exploitables et ainsi tuent toutes formes de vies. Les faits de dégradation et de pollution de l’environnement dans les mines de coltan du Nord Kivu, celles de manganèse de Bondoukou, les mines du Nord de la République centrafricaine ect., sont assez illustratifs du danger du choix de certaines politiques économiques.

     

    Les économies africaines se porteraient mieux avec un fort plaidoyer sur le développement durable 

    Le discours sur le développement durable depuis quelques années responsabilise. Par son mécanisme de prévention, par ses principes de précaution, de responsabilité et de responsabilisation, de participation, le discours sur le développement durable crée un vaste espace de communications entre les différents acteurs économiques et politiques. La vitalité des économies s’en ressent. Le plaidoyer doit aller dans le sens de renforcer les cadres juridiques et législatifs sur l’environnement. Les réformes sur les codes miniers et pétroliers qui sont en cours dans les différents pays – Burkina-Faso, Côte-d’Ivoire, Ghana, Guinée, Sénégal etc., sont à encourager. Ces réformes doivent être inclusives et non exclusivement fiscalement incitatives. Elles doivent répondre aux préoccupations environnementales.

    L’Afrique doit croître et poursuivre sa dynamique de développement. Cependant il n’est pas souhaitable que son modèle de croissance/développement soit celui (des Etats occidentaux) qui a conduit aux lourdes et néfastes conséquences écologiques et environnementales depuis la période industrielle. Pour ce faire le modèle alternatif de développement compatible à la préservation de l’environnement notre bien commun mondial, ne saurait reposer sur les mêmes mécanismes et processus politiques néolibéraux. Il est nécessaire pour la plupart des Etats aux économies rentières, d’innover et de chercher d’autres sources de financements pour casser le cercle vicieux de la dépendance aux industries extractives qui méprisent les exigences environnementales du fait qu’elles répondent plus aux logiques de rapports de forces économiques du marché mondial qu’aux principes de sauvegarde de la biodiversité.

    Christian Abadioko SAMBOU

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0