Mediaterre
   

Une mode responsable ?



  • On ne peut l’éviter, l’automne approche. Qui dit automne, dit rentrée scolaire. C’est aussi l’occasion d’acheter de nouveaux vêtements. Mais comment allez-vous choisir les vêtements que vous allez acheter? Mode éthique et écologique, ça vous dit quelque chose?

    Bien que chacun s’approprie la définition de ce qu’est la mode éthique, sur papier elle s’entoure de plusieurs mouvements. Elle se caractérise par l’utilisation de matériaux écologiques, soit à partir de ressources renouvelables, biodégradables, recyclées ou récupérées, donc qui n’ont pas d’impact sur l’environnement. De plus, les procédés de fabrication respectent les conditions de travail et les salaires de toutes les personnes ayant pris part à la production du vêtement. La mode éthique est donc un ensemble d’approches qui diverge des méthodes de l’industrie actuelle qui tend vers une globalisation. L’aspect local s’insère aussi dans cette définition, c’est-à-dire que la mode éthique est produite localement, dans la mesure du possible, créant des emplois et encourageant notre économie.

     

    La mode éthique au Québec : une évolution?

    Les matières premières utilisées par les manufacturiers du secteur de la mode éthique et écologique au Québec sont des matières récupérées et le coton biologique. Les textiles sont donc faits de fibres naturelles biologiques, de fibres artificielles et de fibres recyclées.

    Plusieurs affirment que Myco Anna et Harricana font office de pionniers en ce qui concerne la mode éthique au Québec. Ces griffes québécoises, maintenant reconnues internationalement, travaillent à élaborer des collections de vêtements de façon éthique depuis les années 90. Depuis ces années, l’intérêt est grandissant, autant de la part des consommateurs que des créateurs. Au début, la mode éthique était automatiquement associée au vêtement recyclé. À l’heure actuelle, les productions à moins grandes échelles, indépendantes et surtout locales sont plus recherchées par les consommateurs. De plus, on peut voir une recrudescence des vêtements de seconde main, que l’on retrouve souvent dans les friperies et des vêtements de type vintages.

    Le consommateur est donc intéressé par les produits de la mode éthique, étant même prêt à débourser environ 18 % de plus pour un vêtement certifié biologique et équitable et produit localement. Cependant, l’aspect du vêtement, pas toujours considéré comme "fashion" par plusieurs, est souvent un frein à l’achat de vêtements dit éthique. Il est important de noter que cet engouement est apparu en premier lieu pour les aliments. Le consommateur se rend maintenant compte que ce n’est pas seulement ce qu’il mange qui peut avoir des impacts sur l’environnement, mais bien tous les produits qu’il consomme, dont les vêtements, chacun de nous étant habillé tous les jours.

    Somme toute, chacun s’entend pour dire que la Québec est de son temps dans le domaine de la mode éthique, bien qu’il en reste beaucoup à faire encore. À quand alors l’intégration de l’écologie et de l’éthique dans la Semaine de la Mode de Montréal, comme l’Eco Fashion Week de Vancouver?

     

    La relève en mode éthique québécoise

    Pour ceux qui veulent faire de la mode leur carrière, l’École supérieure de mode de Montréal aborde le concept de mode éthique dans tous les cours. Que ce soit dans les méthodes et les processus de distribution et de création. Mais la question est de savoir s’il y a un intérêt de la part des étudiants. Selon Michèle Beaudoin, professeure à l’École supérieure de mode de Montréal, « il y a un intérêt évident de la part des étudiants. Cependant, les paroles ne suivent pas toujours les actions. La réalité est que le prix influence toujours la décision finale et que les produits éthiques coûtent plus cher et un étudiant qui commence dans le domaine n’a pas toujours les fonds disponibles. »

    Il y a aussi La Fabrique Éthique, dont la fondatrice est l’éco-designer Sonia Paradis, qui offre des cours, des formations et des conférences. Selon elle, « […] la créativité est l’outil le plus puissant que l’être humain possède pour trouver des solutions aux enjeux sociaux et environnementaux auxquels nous faisons face actuellement. » L’ensemble des enseignements est donc offert autant aux consommateurs, comme des cours de coutures qui aident à trouver des idées pour allonger la durée de vie d’un vêtement, et aux créateurs, souvent de jeunes entrepreneurs voulant instaurer des valeurs sociales et environnementales dans leurs entreprises.

    Dans tous les cas, devenir un éco-designer est un choix personnel selon ses valeurs, car ce n’est pas le chemin de la facilité ni un coup de marketing. Et acheter un vêtement écologique relève aussi du choix personnel. Mais devrions-nous pas tous faire communément ce choix personnel?

     

    Source: GaïaPresse

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0