Mediaterre

   

laurent denise

  • France
  • Organisation :
  • Situation professionnelle : Ingénieurs et cadres d'entreprises
  •  25602 vues sur les dépêches du membres sur les 12 derniers mois
  • Portrait du Membre

    formations et expériences professionnelles en  :

    hydrologie, climatologie, météorologie, agriculture, permaculture, agroforesterie

    Il n'est pas question de s'adapter aux dérèglements climatiques mais bien de réparer le climat !

    les ruissellements et les rejets en rivières sont sources de pollutions et d'inondations, en faisant appliquer le code de l'environnement aux collectivités (rétention et traitement de tous les rejets (pluies et eaux usées) pour infiltration ou recyclage pour des usages non domestiques (irrigation), on apporterait une solution rapide et efficace aux sécheresses et aux canicules récurrentes ...  avec des milliards d'économies à la clé !

    Pendant des millions d'années c'est la végétation (la forêt) qui a stabilisé le climat en garantissant un taux d'évaporation proportionnelle à la température, une évacuation de la chaleur et une baisse de l'albédo des sols.

    les 60% d’effet de la vapeur d’eau sont calculés avec un taux d’humidité de 100%, quand l’été le taux descend en dessous de 20% l’effet parasol descend à 12% donc l’atmosphère perd 50% de son effet parasol ! Donc les sols reçoivent 50% d'énergie solaire en plus sans l'évacuer, ce qui donne des canicules !

    Les humains ont défriché pour cultiver mais n'ont pas respecté les saisons de la foret, En France les forets de feuillus sont vertes l'été alors que les champs de blé sont dramatiquement secs, ce qui contribue à une désertifcation progressive et à l'effondrement de la biodiversité.

    La biodiversité des sols  est  à la base de toutes les chaines alimentaires, dont la notre ! Les millions de micro-organismes des sols ont besoin d'eau, de biomasse et d'être protéger du soleil, les sols restent vivants tant qu'ils sont couverts de végétation : Un sol sec c'est un sol mort !

    La photosynthèse c'est l'énergie de la vie, la vie dans les surfaces minérales (villes) n'est possible qu'en prenant l'énergie dans les surfaces végétales (campagnes) ! Quand l'été on laisse des millions d'hectares sans végétation on ne peut plus alimenter le vivant en énergie et ce sont les villes qui crieront famine en premier !

    Les forets de feuillus gardent 70% des pluies dans les sols grâce à la profondeur du système racinaire des arbres mais surtout à la forte incorporation de biomasse dans les sols. un arbre a globalement le même volume de bois au dessus du sol qu'en dessous, ce système racinaire (comme les branches) se renouvelle en permanence, la biomasse créée dans les sols par les racines mortes fait office "d'éponge" qui servira à alimenter l'arbre. C'est un système parfaitement autonome ou les sols s'enrichissent fortement même si on exploite le bois en surface.

    Quand on dit que les sols agricoles se minéralisent c'est qu'ils perdent leur biomasse et ils perdent leur biomasse parce qu'ils n'en fabriquent pas assez ! Sans biomasse les sols deviennent trop perméables, les eaux qui alimentent les nappes phréatiques ne sont pas assez filtrées et les cultures manquent rapidement d'eau. La période idéale pour faire de la biomasse (et donc de la photosynthèse) c'est l'été mais pour cela il faut de l'eau, comme en France on diminue les surfaces irriguées de 10% par an pour alimenter des villes qui ne recyclent pas l'eau on amplifie la désertification, on s’attaque sérieusement à notre sécurité alimentaire , on détruit la biodiversité (un sol sec c'est un sol mort) et on en arrive même à dérégler le climat. Contrairement aux idées reçues, l'irrigation n'assèche pas le bassin versant mais au contraire participe à son alimentation : 2 litres d'eau évaporée apporte 3 litres de pluies !

    En France, depuis 30 ans la pluviométrie ne change pas mais c'est la répartition annuelle des pluies qui se dégrade : fortes précipitations l'hiver et sécheresse l'été. On réglera le problème en veillant à ce que les rivières ne rejettent pas plus que 30% des précipitations , pour cela il faut faire des réserves collinaires en tête de bassin pour capter les ruissellements de surface, réguler le débit des rivières à partir de ses réserves (ce qui limitera les inondations et les assecs, exactement ce qui a été fait pour la Seine avec les quatre grands lacs) ) , recycler l'eau dans les sols (donc aucun rejet en rivière) et végétaliser au maximum l'été. La suppression des retenues sur les cours d'eau provoquent des inondations et un assèchement du bassin,  les retenues créent des zones humides qui maintiennent l'eau dans le bassin versant et il est interdit d’assécher les zones humides.
    Concrètement il faut de tout urgence reconstruire les ouvrages détruits depuis 20 ans  et en construire d'autres :  pour compenser les prélèvements dans les nappes phréatiques (et donc ne pas épuiser les nappes l'été) chaque bassin versant doit avoir un volume d'eau de surface équivalent à la consommation humaine (potable, industrie et nucléaire) plus le volume d'eau nécessaire à la végétalisation des surfaces l'été (villes et campagnes) c'est à dire 2000m3 à l'hectare ou 4000m3 à l'hectare pour le maraichage (globalement une surface végétale a besoin de 200l d'eau par m2 l'été et deux fois plus pour  les fruits et légumes qui sont composés à 90% d'eau ).

    un champ bien vert l'été aura le même impact sur le climat qu'une foret ! Il y a 20°c d'écart entre un champ vert et un champ sec l'été ...

    PAS D'EAU PAS DE VIE !

    Description de l'organisation du membre

    Tous les modèles climatiques ont été élaborés à partir du taux de CO2 dans l'atmosphère sans tenir compte du taux de vapeur d'eau et en ne prenant en compte que l'effet de serre sans parler de l'effet parasol !

    l'effet parasol nous protège la journée (sinon la température atteindrait 150°c) et l'effet de serre nous protège la nuit (sinon la température serait à -168°c) . Si on assiste à de fortes canicules l'été c'est justement par manque de vapeur d'eau (principal gaz à effet de serre et donc à effet parasol) .

    Toutes les zones tempérées de la planète ont un taux de vapeur d'eau proportionnel à la chaleur , les zones arides ont justement de fortes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit par manque d'évaporation, donc par manque d'effet parasol la journée.

    toute la régulation thermique des basses couches de l'atmosphère se fait par l'évaporation (chaleur latente) , la température augmente fortement quand les continents arrêtent de "transpirer", c'est pourquoi il n'y a pas de canicule en mer  et en forêt ! Il faut végétaliser massivement (villes et campagnes) au rythme des forets de feuillus . Contrairement aux idées reçues, la pluie ne vient pas uniquement de la mer :  70% des précipitations continentales proviennent de l’évapotranspiration (végétation) et seulement 30% de l’évaporation en mer ... En climatologie on part du principe que c'est la végétation qui apporte les pluies, donc l' irrigation n'est plus un problème mais LA solution , à condition d'avoir fait des réserves l'hiver !

    En France les forets brulent parce que depuis 30 ans on plante des conifères qui consomment deux fois moins d'eau ... donc apportent deux fois moins de pluies !

    La France tout comme l'autralie, alterne maintenant inondations et sécheresses ... On assiste à  la mise en place d'un désert !

    Il faut végétaliser, au rythme des forets de feuillus, un maximum de surfaces (villes et campagnes ) et vite !

    Toutes les surfaces impactées par le soleil doivent être végétales !

    our bien comprendre le fonctionnement global du cycle de l'eau sur les continents il faut raisonner par bassin versant.

    Il faut voir le bassin versant comme un château d'eau, ce château d'eau est alimenté par les pluies et les pluies sont provoquées à 70% par l'évapotranspiration, donc par la végétation. La rivière est le drainage naturel du bassin , comme  30% des pluies proviennent de l'évaporation en mer, si on ne veut pas que le bassin se vide la rivière ne doit pas rejeter plus de 30% des précipitations. Ce système fonctionne bien quand le bassin versant est couvert de foret de feuillus parce que les arbres utilisent 70% des précipitations pour alimenter le cycle (par rétention dans les sols) et ne laisse repartir à la mer que les 30% d’excès.

    Actuellement les rivières françaises rejettent plus de 70% des précipitations ce qui provoque des inondations, un assèchement mathématique du bassin et des canicules puisque la végétation n'aura pas suffisamment d'eau pour entretenir le cycle et évacuer la chaleur.

    Les arbres assurent de façon autonome (et depuis des millions d'années) le bon fonctionnement du cycle de l'eau parce qu'ils assurent une évaporation proportionnelle à la chaleur et donc régule parfaitement le climat. Plus il fait chaud plus la végétation transpire, la quantité de vapeur d'eau dans l'atmosphère augmente et limite la puissance du rayonnement solaire qui arrive jusqu'au sol (effet parasol) . Quand la température baisse la quantité de vapeur d'eau diminue (par condensation ) et les sols reçoivent un peu plus d'énergie solaire. Ce système s'autorégule tant qu'il y a de l'eau et donc de la végétation dans les bassins versants. C'est pourquoi les zones tempérées de la planète sont couvertes d'eau ou de végétation; c'est pour cela aussi que les déserts sont caractérisés par le manque de végétation et de fortes crues dès qu'il pleut !

    Dernières dépêches publiées

    Les canicules sont provoquées par les sécheresses

    60% de l’énergie solaire qui arrive jusqu’au sol est évacuée grâce à l’évaporation de l’eau (entropie : 2250 joules absorbés par gramme d'eau évaporé), les canicules sont uniquement provoquées par le manque d’eau ou de végétation sur les surfaces (...)

    International, 10/08/20 à 12h14 GMT


    L'effet PARASOL de l'atmosphère

    On parle beaucoup de l'effet de serre sans évoquer l'effet PARASOL de l'atmosphère, pourtant l'un ne va pas sans l'autre, les gaz à effet de serre sont aussi des gaz à effet parasol ! L'effet parasol nous protège la journée (sinon la température (...)

    International, 24/06/20 à 08h41 GMT


    Gestion globale de l'eau pour sauver le climat et la biodiversité

    Pour bien comprendre le fonctionnement global du cycle de l’eau sur les continents il faut raisonner par bassin versant. Il faut voir le bassin versant comme un château d’eau, ce château d’eau est alimenté par les pluies et les pluies contientales (...)

    International, 03/05/20 à 18h42 GMT


    C'est le taux d'évaporation des surfaces exposées au soleil qui régule le climat

    C'est la végétation qui détermine le climat et non pas le climat qui détermine la végétation ! Les zones tempérées de la planète sont couvertes d'eau ou de végétation, les zones les plus arides sont minérales et sèches. Les surfaces végétales (...)

    Scientifiques, 17/02/20 à 08h08 GMT


    Le climat se dérègle quand le taux d'évaporation diminue sur les continents

    La température des continents se régule toute seule à condition que le taux d’évaporation augmente proportionnellement à la chaleur ! comme au dessus des océans et des forets ! Les zones tempérées de la planète sont caractérisées par la présence (...)

    France, 15/02/20 à 09h01 GMT


    Les crues excessives de l'hiver préparent mathématiquement les sécheresses de l'été

    Les crues excessives de l'hiver préparent mathématiquement les sécheresses de l'été ! dans les Deux Sèvres nous en sommes à la troisième période d'inondations; au niveau de Niort le bassin versant fait 1070 km2, annuellement il reçoit 900 millions (...)

    France, 11/02/20 à 09h26 GMT


    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0