Mediaterre

Pour une mode durable (loin de la mode éphémère)



  • L'industrie de la mode s’articule autour des dernières tendances, mais elle n'a pas encore adopté la seule tendance qui compte vraiment : modifier radicalement nos modes de consommation pour assurer la survie de la planète.

    L'industrie de la mode génère 20% des eaux usées et 10% des émissions de carbone mondiales, à savoir plus que les émissions générées par tous les vols internationaux et le transport maritime. La teinture des textiles est le deuxième facteur de la pollution de l'eau dans le monde. 2 000 litres d’eau sont nécessaires pour fabriquer un jean.

    Chaque seconde, l’équivalent d’une benne remplie de vêtements est enfouie ou brûlée. Si rien ne change, le secteur de la mode comptera pour un quart du budget carbone mondial à l'horizon 2050. Laver ses vêtements contribue également à libérer un demi-million de tonnes de microfibres dans l'océan chaque année .

    Par ailleurs, il faut également parler du coût humain : les ouvriers travaillant dans le secteur du textile reçoivent souvent un salaire dérisoire et sont contraints de travailler de longues heures dans des conditions épouvantables. Alors que les consommateurs exigent que le secteur change, le monde de la mode réagit enfin en s'appuyant sur des stars, telles que la duchesse Meghan Markle, montrant la voie à suivre en matière de choix de vêtements et de créateurs qui cherchent à briser le modèle de la mode éphémère.

    « La plupart des détaillants de mode s’intéressent maintenant au développement durable et ont mis en place des initiatives visant à réduire l’impact négatif de la mode sur l’environnement », a déclaré Patsy Perry, maître de conférences en marketing de la mode à l’Université de Manchester. L’année dernière, la Britannique Stella McCartney s’est associée à la Fondation Ellen MacArthur pour la production d'un rapport sur les nouvelles voie à adopter pour l’avenir de la mode.

    « Cependant, le modèle commercial de la mode éphémère, qui génère des revenus basés sur la vente de plus de produits, pose toujours un problème fondamental. Les détaillants doivent donc proposer en permanence de nouvelles collections. Il serait irréaliste d’attendre des consommateurs qu’ils arrêtent de faire du shopping. Par conséquent, j’espérerais davantage de développement et une adoption plus large de méthodes de production plus durables, telles que la teinture sans eau, l’utilisation des déchets comme matière première et le développement de technologies innovantes. solutions au problème des déchets textiles », dit-elle.

    Des solutions novatrices pour relever les défis environnementaux seront au cœur de la quatrième Assemblée des Nations Unies pour l'environnement, en mars prochain. Le thème de la conférence est de penser à la planète et de vivre simplement : un message qui résonnera pour les créateurs de mode et les détaillants qui cherchent à réformer leur secteur...

    Lire l'article de l'ONU Environnement 

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0