Conférence de l'IEPF : les agricultures africaines faces aux changements climatiques


Le lundi 7 décembre, au musée Kunsthal Charlottenbourg de Copenhague, le professeur Marc DUFUMIER a donné une conférence ayant pour titre " Les agricultures africaines face aux changements climatiques ", organisée par l'IEPF en partenariat avec l'AUF, l'Ambassade de France au Danemark et Air France. M. Marc DUFUMIER est spécialiste des questions agro-économiques à l'Université AgroParisTech. Il a réalisé des missions dans plus que 40 différents pays, principalement dans l'espace francophone, et est l'auteur de plusieurs livres, dont l'un des plus récents s'intitule " Agricultures africaines et marché mondiale ". Sa présentation a abordé en détail l'état des agriculteurs africains et des différents types d'agricultures pratiqués sur le continent. Il a démontré que le lien entre le réchauffement climatique et les pratiques agricoles n'est pas encore suffisamment étudié ; les impacts sont mal compris et encore moins prévisibles. Selon lui, les enjeux pour le développement des agriculteurs africains sont 1. de nourrir correctement une population croissante, 2. d'adapter l'agriculture aux changements climatiques, 3. d'atténuer les émissions de GES, 4. de fixer du carbone dans la biomasse et dans les sols, 5. de faire un usage intensif des ressources naturelles renouvelables, 6. de limiter l'usage des intrants coûteux en énergies fossiles et 7. d'assurer du travail productif et rémunérateur dans le milieu. M. DUFUMIER est d'avis qu'une révolution verte serait envisageable en Afrique pour réduire sa vulnérabilité. Il est selon lui urgent d'investir dans des moyens techniques de base et de pratiquer une agriculture plus diversifiée. Il conclut en affirmant que les négociations internationales sur l'environnement doivent aller de pair avec les négociations sur le commerce, les deux aspects ayant des impacts majeurs sur les agricultures africaines. Il faudrait notamment revoir les politiques des droits de douanes aux importations afin de protéger l'agriculture africaine, ce qui est à l'opposition du libre-échange (cela signifierait aussi de ne pas signer les APE). Une période de question à suivi la conférence, dans laquelle les participants se sont attardés sur les actions à mener sur l'adaptation de l'agriculture face aux changements climatiques. La soirée s'est conclue avec la visite de l'exposition " Terre Natale " dans la galerie d'art du Kunsthal Charlottenbourg et un cocktail dînatoire. Nina Treu, IDDRI, pour l'IEPF [cdp15-cccc]
Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0