Mediaterre
   

Appel pour les droits des femmes à soutenir les efforts de résilience dans la RRC (réduction des risques)



  • Par Wedo

    Le Grand groupe des femmes sur la réduction des risques (WMG) est au milieu de consultations informelles concernant le "Projet pré-Zero" pour le document final de la 3e Conférence mondiale sur la prévention des risques de catastrophes – qui devrait fournir des priorités et recommandations. Le résultat est appelé le cadre Post- 2015 pour la réduction des risques de catastrophe, ou simplement "HFA2" (à la suite de la première Cadre d'action de Hyogo de 2000). Vous pouvez accéder à toutes les déclarations WMG ici.

    Le 1er HFA a appelé à l'intégration du genre, mais ne comprenait que 3 références au genre et de nombreuses consultations ont révélé un sérieux manque de mise en œuvre des mandats sur l'égalité des genres. Avec la 3e Conférence mondiale mars 2015, le HFA2 est une énorme opportunité d'apprendre du passé et d'exceller dans les années à venir. Les Grands groupes et les États membres doivent aussi bien travailler dur pour intégrer l'égalité des sexes et les droits des femmes de manière significative et applicable. En plus de cela, la HFA2 doit à la fois soutenir et renforcer les actions à venir sur d'autres processus mondiaux avec les principaux résultats en 2015 - à savoir l'ordre du jour post-2015 du développement durable en septembre et l'accord sur le climat de la CCNUCC en décembre.

    A la 1re rencontre informelle à Genève le 9 septembre, le WMG a aménagé 7 domaines prioritaires pour la HFA2 (suite de l'intervention présentée par Lily Hutjes-Boelaars de la Commission Huariou):

    1. Buts et objectifs globaux : Les objectifs doivent donner de la profondeur suffisante pour refléter les 3 dimensions du développement durable et faciliter les actions qui sont efficaces et inclusives dans la promotion des droits de toutes les personnes dans la réalisation des objectifs de HFA2.

    2 L'égalité des sexes et les droits des femmes comme une priorité : les femmes doivent être positionnées comme plus qu'une ressource humaine et économique pour la RRC mais comme des parties prenantes actives et des décideures, avec des droits et des connaissances. Mentionner explicitement la différenciation de genre et les femmes comme un groupe spécifique dans tous les cas appropriés, par exemple dans le contexte des droits de l'homme, tenir compte des différences entre les sexes dans l'accès aux ressources et leur contrôle pour assurer la résilience. Seules les priorités qui sont explicitement nommées seront appliquées et comptées.

    3 Une approche inclusive et diversifiée de groupes de parties prenantes est important, mais les déséquilibres de pouvoir entre les groupes de parties prenantes doit être reconnu et pris et des distinctions doivent être faite entre les titulaires de droits et les détenteurs de droits (par exemple, les sociétés transnationales). Le développement de plateformes où les femmes, les filles et les expériences des jeunes et des recommandations - et les connaissances des peuples autochtones situées - sont respectés et pris en compte sont la clé pour remédier à l'écart de pouvoir.

    4. Droits de l'homme : une approche claire fondée sur les droits contribuerait à garantir les droits et les responsabilités de toutes les parties prenantes. Actuellement, une seule référence apparaît (dans les Principes directeurs).

    5 Le langage inclusif est inégal et devrait être améliorée par l'utilisation du mot "ALL" à travers (par exemple, renforcer la résilience économique et social de tous les pays et personnes).

    6. Les différences entre les personnes, en particulier en termes de risque différentiel, l'exposition et la vulnérabilité doivent être reconnus dans le document pour assurer une approche fondée sur les droits et actions inclusives qui offrent un grand groupe de personnes.

    7. Environnement Résilience : Les trois volets du développement durable - social, économique et environnemental – nécessite un rééquilibrage afin que les engagements à investir dans le renforcement de la résilience environnementale soient prises en compte et réalisées.

    Lors de la première conférence préparatoire (PrepCom1) en juillet, le WMG a fourni des contributions aux co-présidents, les ateliers techniques et de la séance plénière, et s'est également entretenu avec les délégués et les agences de l'ONU pour défendre les positions et donner des conseils sur la façon de mettre les questions de genre et droits de l'homme pour renforcer la HFA2.

    Depuis la PrepCom1, les co-présidents ont commencé hébergement des consultations informelles avec les grands groupes et avec les États membres séparément. Le second était aujourd'hui (lire l'intervention présentée par Leah Kimber de l'Université de Genève). La première et la seule consultation conjointe (ajoutés à la suite exhortant de grands groupes que nous avons accès à des consultations MS) aura lieu le vendredi 19 septembre à Genève. Les organisations de femmes prennent une position ferme afin de s'assurer que les droits des femmes, l'égalité des sexes, de la résilience de l'environnement et de différenciation entre les ONG et les entreprises privées parmi les «acteurs» sont mises en évidence dans le document entier et pleinement pris en compte dans les objectifs.

    Le nouveau cadre doit veiller à ce que l'égalité des sexes ne soit plus qu'une phrase dans le document et que les États membres prennent des mesures concrètes pour intégrer les droits des femmes et l'égalité des sexes. Nous allons poursuivre l'analyse, des suggestions et des recommandations concrètes pour que les co-présidents produisent un projet zéro à la fin octobre qui reconnaît l'importance d'un cadre sensible au genre axé sur les populations, fondé sur les droits locaux et les mesures pratiques à mettre en œuvre.

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0