Entrepreneuriat vert : une cartographie du paysage marocain



  • Par Rosa Lin, consultante dans le cadre du Programme de technologie climatique du Groupe de la Banque mondiale

    Une équipe de chercheurs de la Banque mondiale a entrepris d’identifier précisément les caractéristiques de l’entrepreneuriat vert au Maroc. Ils nous révèlent aujourd’hui qui sont ces entrepreneurs et dans quel environnement ils interviennent.

    En quelques mots, sur l’ensemble des entreprises vertes marocaines interrogées :
     

    • près de la moitié sont des sociétés unipersonnelles ;
    • 84 % ont été lancées en recourant à l’autofinancement ;
    • 54 % de leurs dirigeants considèrent que l’opacité des données de marché constitue la principale entrave à leur activité.

     
    Ces informations ne donnent cependant qu’un bref aperçu de ce que contient ce diagnostic, qui constitue pour la Banque mondiale une plongée sans précédent au cœur de l’écosystème entrepreneurial vert au Maroc. Portant sur plus de 300 entrepreneurs et acteurs de cet écosystème, l’étude apporte un éclairage inédit sur ses multiples facettes et sur la manière dont les forces politiques, financières et culturelles agissent pour peser sur l’évolution du marché.
     
    Le rapport, présenté sous une forme dynamique très visuelle, détaille les principales conclusions du diagnostic en s’appuyant sur des études de cas, des faits et des chiffres clés ainsi que des graphiques. Il recèle une mine d’informations sur les atouts et les handicaps du Royaume. On y apprend notamment que l’entrepreneur vert marocain est généralement jeune et instruit et que c’est le désir d’être son propre patron qui l’a poussé à créer son entreprise. Il opère au sein de différentes branches, depuis l’informatique écoresponsable jusqu’à l’efficacité énergétique, créant ou adaptant des technologies et des solutions aptes à répondre aux grands défis environnementaux du Maroc.
     
    Les entrepreneurs verts marocains se heurtent cependant à une kyrielle d’obstacles. Ils déplorent ainsi la dramatique absence de soutien aux entreprises qui ont atteint un stade plus avancé, tout comme celle d’un vivier de mentors expérimentés susceptibles de les guider dans leur projet. Si le nombre de start-up qui se consacrent aux technologies propres est en essor, le paysage s’avère cloisonné et souffre d’un manque de communication entre les acteurs clés. Ajoutons que l’entrepreneuriat vert pâtit aussi de l’extrême prudence des investisseurs, de l’absence de liens financiers entre entreprises ainsi que d’idées erronées sur la politique d’aide au secteur.
     
    L’ensemble de ces problématiques est exploré tout au long de cette étude à laquelle ont également collaboré le Centre d’innovation climatique au Maroc  et l’Agence marocaine pour l’énergie durable. Étayé par les conclusions tirées d’entretiens réalisés auprès d’une quarantaine d’acteurs, le rapport offre par ailleurs un panorama de l’écosystème grâce à une cartographie détaillée des relations entre les parties prenantes (participations financières ou partenariats) et du rôle de chacun dans l’écosystème.
     
    Ce document s’imposera sans aucun doute comme un outil fondamental pour tous ceux qui souhaitent mieux connaître la situation de l’entrepreneuriat vert marocain : donateurs, décideurs, entrepreneurs, institutions et autres parties prenantes. Il pourra aussi inspirer ceux qui ont en tête de mener le même type de diagnostic dans d’autres régions du monde... 

    Lire l'article du Blog de la Banque mondiale
    Télécharger le rapport (an)

    Source : Banque Mondiale

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0