Mediaterre
   

Lettre des Aires Protégées d'Afrique - Octobre 2017



  • http://www.mediaterre.org/users/fbreuil/images/2016/napa94.jpgLa NAPA n°112 nous parle des comités nationaux de l'UICN et de leur possible rôle pour appuyer la conservation des AP. Elle présente aussi la Réserve transfrontalière MAB du Mono (Bénin/Togo) et rappelle nos formations en ligne (MOOC) et en présentiel (DU et Master) (voir www.papaco.org à la page "formation").

    Le numéro 112 de la lettre NAPA

    Edito : Geoffroy MAUVAIS Coordinateur du Papaco

    Cette NAPA peut vous paraître bien ordinaire et pourtant, elle ne l’est pas.
    C’est    le    premier    numéro    de    la    prochaine décennie !

    La lettre n°111, le mois passé, marquait en effet la fin de 10 années de parution de la NAPA, onze fois par an, sans interruption, depuis octobre 2007. Un long chemin depuis ce premier numéro qui portait sur l’efficacité de la gestion des parcs de Guinée Bissau et sur l’équité de genre comme outil pour améliorer la gouvernance des AP. Tout un programme déjà… et si vous nous avez rejoints tardivement, vous pouvez retrouver toutes les lettres, indexées par contenu, avec un moteur de recherche des mots-clefs sur  www.papaco.org bien sûr.

    Bon soyons franc, on ne fera peut-être pas 10 ans encore, mais quoi qu’il en soit, c’est une bonne occasion de se remettre en cause.

    La NAPA sert-elle à quelque chose ?
    Certainement. En mettant en avant des méthodes reconnues,  des  bonnes  pratiques  validées  (en particulier    par    la    CMAP),    des    informations
    concrètes sur ce qui se fait ou ne devrait pas se faire, en diffusant des connaissances avérées, des formations ciblées etc., elle occupe une niche que peu ou pas d’autres publications visent sur ce secteur en Afrique. Elle n’est pas scientifique, pas trop technique, en général plutôt simple, relativement courte, bref elle vise à rendre le savoir
     
    destinataires ayant demandé à la recevoir, elle est ensuite renvoyée par les uns et les autres, circule via Facebook ou est tout simplement téléchargée sur le site papaco.org. Finalement sa notoriété actuelle dépasse largement cette liste de diffusion. Mais il manque certainement beaucoup de potentiels  lecteurs.  Comment  faire  pour  les atteindre ? Mystère.

    La NAPA est-elle belle ?
    Objectivement,  non. C’est  une  discussion récurrente sur la forme de la lettre que beaucoup jugent artisanale, sinon bricolée. C’est vrai qu’à l’heure  de  l’omniprésence  de  la  communication sous des formes de plus en plus extravagantes, la NAPA fait vieillotte sinon ringarde. C’est en partie assumé car le point positif dans tout cela, c’est qu’elle est facile à préparer et à diffuser, ce qui n’est pas un détail quand on doit le faire chaque mois.

    La NAPA est-elle appréciée ?
    Difficile à dire. Ce ne sont pas les commentaires positifs qui manquent mais comment savoir s’ils ne cachent pas tous les autres, tout simplement silencieux ? Un indicateur intéressant pourtant : la NAPA possède un excellent taux d’ouverture lorsqu’elle est diffusée. On imagine que cela reflète de façon plutôt objective l’intérêt de ses lecteurs.

    La NAPA doit-elle continuer ?
    C’est une vraie question. Les sujets ne manquent pas et la lettre trouvera toujours un contenu, mois après mois, ce n’est pas le problème. Mais il faut réfléchir à l’avenir et se demander si elle ne devrait pas trouver un autre ancrage, une autre énergie. Elle  n’a  jamais  vraiment  percé  à  l’intérieur  de l’UICN, habituée à des audiences plus larges, des sujets plus graves et des formats plus pros. Sa survie   ne   tient   donc   qu’à   l’enthousiasme   de l’équipe du Papaco. Raison valable il me semble pour se demander si un partenaire ne ferait pas mieux et plus que nous en la reprenant à son compte ? J’ouvre la réflexion...

    Lorsque nous avons lancé la NAPA, ce fut dans un concert de cassandre qui ne lui prédisaient que quelques mois à vivre, comme tant d’autres lettres avant   (et   après !)   elle.   Ce   point   étant   réglé, essayons maintenant d’imaginer ce qu’elle pourrait ou devrait devenir pour remplir pleinement son rôle auprès des amis des AP d’Afrique. Les bonnes suggestions sont bienvenues.

    Télécharger la lettre des Aires Protégées d'Afrique
    Télécharger la lettre précédente

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0