Mediaterre
   

Le potentiel des éco-matériaux



  • Les éco-matériaux ont le vent en poupe, et sont de plus en plus présents dans nos bâtiments. Le terme désigne les matériaux qui sont éco-responsables tout en respectant les exigences habituellement attendues d’un matériau de construction. Ainsi, contrairement à une idée répandue, ils ne sont pas moins efficaces que les matériaux traditionnels. Ils sont à la fois fiables, présentent de très bonnes performances thermiques et acoustiques, ainsi qu’une bonne résistance mécanique et au feu.

    Pour être considéré comme écologique, le matériau doit s’inscrire dans une démarche de développement durable tout au long de son cycle de vie. L’analyse de la quantité d’énergie nécessaire à l’extraction de la matière première, au transport, à la fabrication, au stockage, à la commercialisation, à l’entretien et au recyclage du matériau permet de déterminer son « énergie grise » ou « énergie intrinsèque ». Il s’agit du bilan énergétique complet d’un matériau tout au long de son cycle de vie. De plus, l’éco-matériau est généralement fabriqué localement afin de limiter son transport et ne doit pas générer d’impact négatif sur la santé de ceux qui le fabriquent ou l’utilisent.

    C’est le cas de matériaux comme le chanvre, la laine de mouton, le lin. Les recherches d’amélioration des bâtiments sont fructueuses et de plus en plus de nouveaux éco-matériaux prometteurs voient le jour. Certains pourraient bien révolutionner le secteur de la construction grâce à leurs propriétés. 

    Le bois lamellé-croisé, composé d’une multicouche de petits morceaux de bois résineux laminés, possède une résistance surhumaine, et pourrait bien devenir un substitut au béton et à l’acier. Le béton GraphCrete, lui, est un béton vert deux fois plus fort et quatre fois plus résistant à l’eau que les bétons existants sur le marché. Une façade purifiant l’air a également été développée par la NASA, capable d’éliminer les particules fines et de réduire de 70 à 80% les niveaux d’oxyde d’azote potentiellement nocifs. Les panneaux isolants à base de fibres végétales d’herbe de prairie, les champignons assurant l’isolation des bâtiments tout en éliminant le carbone de l’atmosphère, ou encore les panneaux entièrement conçus à partir de déchets de pomme de terre sont également des façons intelligentes de réutiliser les ressources offertes par la nature. 

    [MOGED]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0