Mediaterre

Nouveau-Brunswick : une autre carcasse de baleine noire retrouvée sur une plage



  • Une baleine noire a été retrouvée morte sur une plage de l’île Miscou, dans les eaux du golfe Saint-Laurent. Le nombre de baleines noires trouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent continue de grimper. C’est la huitième carcasse de baleine noire repérée depuis le début de l’année. Le 28 juin dernier la Garde côtière canadienne et Pêches et Océans Canada avaient déjà remorqué une autre carcasse de baleine noire sur une plage de l'Île-du-Prince-Édouard afin de tenter de comprendre ce qui a tué plus de six de ces mammifères en voie de disparition ces dernières semaines.

    La baleine noire de l’Atlantique Nord est inscrite en tant qu’espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril. En 2016, la population de baleine noire de l’Atlantique Nord était estimée à 525 individus. Les baleines noires peuvent vivre 80 ans. Elles peuvent atteindre 15 mètres de long et peser jusqu'à 70 000 kilogrammes. La baleine noire est une espèce migratoire qui fréquente les eaux côtières. Elles fréquentent les eaux du Canada atlantique pour y trouver leur nourriture en grande quantité. L’habitat essentiel de la baleine noire a été désigné au Nouveau-Brunswick, dans le bassin Grand Manan (baie de Fundy) et en Nouvelle-Écosse, dans le bassin Roseway. L’habitat essentiel est un lieu dont dépend l’espèce parce qu’il fournit les conditions dont l’espèce a besoin pour sa survie ou son rétablissement.

    De nombreux chercheurs se sont rendus sur la plage de Miscou afin de trouver des indices qui pourraient expliquer ces nombreux décès ; « jusqu’ici, quelques hypothèses ont été avancées par Pêches et Océans Canada, mais, la cause des décès demeure toujours inconnue. ». Selon Matthew Hardy, gestionnaire des ressources aquatiques chez Pêches et Océans Canada « la situation est qualifiée de ‘’préoccupante’’». Selon les experts Pêches et Océans Canada, les hypothèses les plus privilégiées sont : les collisions avec les grands navires, les empêtrements dans des engins de pêche et les bruits sous-marins.

    Pêches et Océans Canada fait actuellement tout pour remédier à la situation. On a même mis fin à la saison de pêche au crabe des neiges dans la zone 12 plus tôt que prévu ; espérons que des solutions pourront être trouvées pour éviter l’extinction de cette espèce.

    Sources : Acadie Nouvelle, Radio Canada, Ma presse, Pêches et Océans Canada

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0