Mediaterre

Une première coop d'ingénieurs pour sauver l'environnement



  • Par Catherine Paquette

    Dans le but de s’attaquer aux nombreux défis environnementaux et sociaux des villes et régions québécoises, huit jeunes ont choisi d’allier leurs forces dans une coopérative de travail qui met au coeur de ses projets l’autonomie des populations et le développement durable.

    Voir le domaine de l’ingénierie autrement? C’est possible, et c’est même nécessaire, pensent les huit jeunes qui ont fondé la coop ALTE, la première coopérative d’ingénieurs au Québec.

    Coop ALTE est née de la rencontre entre huit finissants de l’École de technologie supérieure et de la Polytechnique, qui ont constaté après leurs études que le milieu du travail ne leur correspondait pas. « Ce sont de grosses entreprises qui ne correspondent pas à nos valeurs. Nous, on veut prendre les projets qui nous parlent, donc qui concernent l’environnement, ou encore des projets pour des communautés qui n’ont pas toujours accès aux services d’ingénierie parce que ça coûte trop cher ou parce que ce n’est pas assez accessible », explique Abrielle Sirois-Cournoyer, qui fait partie des huit membres fondateurs.

    Ces derniers étaient tous très actifs dans leurs communautés durant leurs études et ont toujours voulu concentrer leurs efforts sur des projets respectueux de l’environnement et des communautés locales. Alors qu’Abrielle a réalisé son mémoire de maîtrise sur les Low Tech, plusieurs autres membres fondateurs se sont rencontrés lors de leur bénévolat auprès de SerreÉTS.

    Ce sont d’ailleurs les réseaux étudiants qui les ont amenés à apprendre sur différentes technologies propres, ce qui leur permet aujourd’hui de mettre en oeuvre des projets novateurs. « C’est vraiment par la curiosité et le travail de terrain qu’on a appris les techniques. On était très ancrés dans notre communauté durant nos études on a participé à plein de projets communautaires et c’est pas mal comme ça qu’on s’est rencontrés, parce qu’on était très impliqués dans différents projets », raconte Abrielle.

    Plutôt que de fonctionner comme une entreprise, le mode de gestion horizontal de la coopérative permet à tous les membres de donner leur avis lors de la prise de décision et lors du choix des projets. La formule assure également une meilleure créativité, puisque les membres de l’équipe sont en mesure de s’entraider à chaque étape des projets et à échanger leurs connaissances. La coop compte aujourd’hui 11 membres.

    Les différents services qu’offre la coopérative sont en lien avec le bâtiment durable, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, les bilans carbone, les procédés (agricoles), etc.

    La coop planche actuellement sur l’implantation du compostage dans une communauté Innue, à Mingan. « La communauté a déjà mis en place les infrastructures, mais nous on est là pour les aider à savoir comment faire le compostage, pour la planification du projet et pour sa réalisation », précise l’ingénieure.

    Ensuite, l’équipe accompagne également des particuliers dans la construction de leur maison écoénergétique, ainsi que des entreprises pour la réduction de leur consommation d’énergie.

    Dans son modèle d’affaires, la coop ALTE prévoit redonner 60 % de son revenu net en services offerts à la communauté.

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0