Mediaterre
   

Après un mois de juin difficile, le Québec investit dans l'écologie



  • Le mois de juin a été compliqué pour la province du Québec. La ville de Montréal a été touchée par des épisodes de concentration élevée de particules fines en raison d’incendies résultant de la forte canicule qui a secoué le Canada.

    Par réaction à ce mois de juin pesant, le Québec semble avoir placé son mois de juillet sous le signe de l’écologie et de l’environnement. Plusieurs annoncent du gouvernement du Québec vont dans ce sens.

    Une première concerne la Route verte. Cette dernière est un gigantesque réseau de pistes cyclables qui totalise plus de 5000 kilomètres et qui traverse à peu près toute la partie sud du Québec et donc de ses principales villes. La Route verte visait au moment de sa construction à promouvoir le tourisme à vélo, une forme très éco-responsable de tourisme. Plus de 15 millions d’euros seront investis pour continuer de développer ce réseau.

    La seconde annonce du gouvernement du Québec, traite d’un apport important de moyens dans le fonds des municipalités pour la biodiversité. A l’origine, ce fond a été créé par des organismes québécois à but non lucratif afin que les municipalités québécoises puissent piocher dedans pour assurer la préservation de la diversité. Pour chaque dollar canadien investi par une municipalité, le gouvernement québécois devait en rajouter un autre. Toutefois, en 2018, le gouvernement québécois avait spontanément ajouté 1,67 millions d’euros supplémentaires sur 5 ans, et récemment, le gouvernement a décidé d’y ajouter encore 1,16 millions d’euros sur 3 ans.

    Plus tôt dans le mois de juillet, le gouvernement avait également annoncé son intention de dépenser un peu plus de 750 millions d’euros sur 10 années pour améliorer le traitement des déchets organiques au Québec, notamment via des modes de compostage.

    Ces annonces visent sûrement à calmer les attentes importantes des québécois en matière d’environnement. En septembre dernier des centaines de milliers de québécois étaient descendus dans la rue pour exiger des mesures plus fortes pour protéger le climat. Le Covid et les épisodes de canicules ont semble-t-il exacerbé ce sentiment, puisqu’en mai et en juin, des sondages indiquaient un mécontentement toujours important de la part de la population.

     

    [MOGED]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0