Mediaterre
   

Objectifs de développement durable : l'ONU appelle à tirer davantage parti de la coopération Sud-Sud



  • L’ONU et ses partenaires ont publié mercredi une compilation des Bonnes pratiques de la coopération Sud-Sud et triangulaire pour le développement durable, afin d’aider à surmonter les défis communs en matière de développement.

    Réalisée par le Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud en collaboration avec les États membres, les agences des Nations Unies et d’autres partenaires de développement, cette compilation rassemble plus de 100 meilleures pratiques pertinentes de pays du Sud pour la mise en œuvre des 17 objectifs de développement durable (ODD).

    « Cette compilation montre comment la coopération Sud-Sud et la coopération triangulaire aident les pays à surmonter les défis communs et à accélérer les progrès, bien au-delà du développement durable qui ne laisse personne de côté », a déclaré la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, lors de la présentation du document au siège de l’ONU à New York.

    Le 12 septembre 1978, à Buenos Aires, les pays en développement adoptaient un Plan d'action pour la promotion et la mise en œuvre de la coopération technique entre eux. 40 ans après le lancement de cette coopération entre les pays du Sud, les pays en développement sont devenus des acteurs clés dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 

    « Nous avons assisté à une montée en puissance de la coopération Sud-Sud et triangulaire », s’est félicitée Mme Mohammed.

    Au cours de la dernière décennie, la croissance du commerce mondial a été largement due à la montée des échanges entre pays en développement. En 2014, la valeur du commerce Sud-Sud avait atteint près de 5.500 milliards de dollars, proche de celle du commerce entre pays développés.

    De nouvelles institutions multilatérales ont été créées pour la coopération Sud-Sud en particulier dans le financement de ces activités comme la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB) récemment créée et la Nouvelle Banque de développement (NDB).

    « Ces tendances rappellent avec force les opportunités et les capacités qui existent dans le Sud », a dit la Vice-Secrétaire générale. « Ensemble, nous devons identifier et encourager les domaines dans lesquels la coopération Sud-Sud peut être la plus efficace ».

    Les pays en développement sont des moteurs de l'innovation pour le développement durable. Six petits États insulaires en développement de l’océan Atlantique et de l’océan Indien ont ainsi collaboré à la mise en œuvre d’une approche intégrée de la gestion des ressources en eau douce fondée sur les écosystèmes.

    La coopération technique dans le secteur de l'agriculture améliore également considérablement la production agricole. Un programme de formation sur le développement de la pisciculture soutenu par le Japon et l’Égypte a facilité le renforcement des capacités de travailleurs de plus de 21 pays africains, permettant ainsi d’augmenter les rendements et les revenus tirés de la commercialisation du poisson.

    L'Union des nations sud-américaines a, de son côté, développé une initiative renforçant le pouvoir de négociation des gouvernements en vue d’obtenir de meilleurs prix pour les médicaments.

    La coopération entre les pays en développement porte déjà ses fruits. « Cependant, nous savons tous qu’il reste encore beaucoup à faire pour exploiter pleinement le potentiel de la collaboration et du partenariat Sud-Sud », a dit Mme Mohammed qui a donné rendez-vous aux Etats membres à Buenos Aires en mars 2019 pour la deuxième Conférence de haut niveau sur la coopération Sud-Sud (BAPA 40).

    Communiqué de l'ONU 
    Télécharger le rapport (an)

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0