Mediaterre
   

Navigation et pollution : le combat d'Yvan Bourgnon !



  • Accompagné de ses parents, c'est à l'âge de huit ans qu'Yvan Bourgnon découvre le monde de la navigation à travers son premier tour du monde. Collectionnant les records depuis 1995, le skippeur suisse compte parmi son palmarès les courses Transat Jacques Vabre remportées en 1997 avec son frère, Laurent Bourgnon, la Route du Rhum ou encore le Québec-Saint-Malo. Sans instrument ni assitance, il enchaîne les records de vitesse en solitaire. En 2001, il obtient le record de la traversée de la Manche en deux heures, le record absolu de la traversée en solitaire en 2006 ou encore aux larges du Brésil en 2012, celui des 24 heures en catamaran de sport.

    En 2017, il marque l'Histoire en étant le premier à franchir en solitaire, les 7 500 kilomètres de glace polaire du passage Nord-Ouest. Sans moteur ni aucune autre assistance que l'aide du soleil et des étoiles, c'est sur son catamaran de sport qu'il relève le défi Bimédia.

    Naissance du Manta en 2020: un défi technologique au profit d'un projet écologique inédit

    Lors du tour du monde en solitaire en 2014, il passe 230 jours au ras de l'eau, entouré des déchets plastiques dans l'océan. L'étude menée par la fondation Ellen MacArthur révèle que la masse de plastique présente dans l'océan sera égale à celle des poissons d'ici 2050.

    Face à ce constat, il fonde l'association The Sea Cleaners en 2015, afin de réaliser un projet écologique inédit: la construction d'un quadrimaran collecteur de déchets plastiques. S'allongeant sur 60 mètres de long et 45 mètres de large, il serait capable de stocker jusqu'à 250 tonnes de plastiques. L'objectif de ce navire serait d'intervenir au large des dix fleuves qui concentrent des bancs de macro-déchets représentant près de 90% de la pollution mondiale. Accueillant des chercheurs-scientifiques à bord, les escales du quadrimaran permettront de renforcer la sensibilisation du public sur la pollution marine.

    Présenté lors de la COP 22 de Marrakech, l'autonomie et la mobilité du "Manta" sera assurée par deux éoliennes, 2 000 m2 de panneaux solaires, des voiles et quatre moteurs électriques. Si la maquette du projet d'Yvan Bourgnon a vu le jour en 2018, la construction du premier "Manta" est prévue pour 2020.

    Un projet écologique qui s'inscrit dans le cadre de l'économie circulaire

    Laurent Fabius, invité d'honneur à l'ouverture de l'année judiciaire 2019 de la CEDH rappelait dans son discours l'importance de la collaboration entre Etats pour la protection de l'environnement. Les dimensions environnementales, pédagogiques, scientifiques et économiques du "Manta"nécessitent de faire l'objet d'une communication internationale afin d'assurer la pleine efficacité du projet. S'il est possible d'offrir des dons pour participer au projet, The Shark Cleaners est une association qui recrute et s'inscrit donc dans la lignée de l'économie circulaire. MOGED

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0