Mediaterre

   

Réunion d'échange et d'information des Ministres et Chefs de délégation des pays membres de l’OIF à la Conférence de Nairobi sur les changements clima


Le jeudi 16 novembre 2006 s’est tenue à Gigiri, Nairobi (Kenya), siège du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), une réunion d’échanges et d’information mutuelle entre les Ministres et Chefs de délégation des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) participant à la 12e session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (CdP-12).

Plus de 50 délégués ont pris part aux travaux organisés autour d’un repas en présence de :

- M. Attila Korodi, Secrétaire d’État, ministère de l’Environnement et de la gestion des eaux, Roumanie et M. Henri Djombo, Président en exercice de la CEMAE (Conférence ministérielle africaine sur l’environnement), Ministre de l’Économie forestière et de l’environnement, Congo, qui ont co-présidé ces travaux;

- Mme Georgette G.K. Koko, Vice Premier Ministre, Ministre de l’Environnement, de la protection de la nature, de la recherche et de la technologie, Gabon;

- M. Élias Mulungu Hobigera Nalwindi, Ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature, Eaux et Forêts, RDC;

- M. Claude Béchard, Ministre du Développement durable et de l’environnement;

- M. Bruno Oberle, Secrétaire d’État à l’Environnement, Suisse;

- Mme Élizabeth Barbier, Ambassadrice de France à Nairobi;

- Plusieurs chefs de délégation de pays francophones.

Cinq interventions suivies d’un débat nourri ont ponctué les travaux :

- Le mot de bienvenue du représentant de l’OIF, M. Sibi Bonfils, Directeur adjoint de l’Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie (IEPF), pour introduire, en les situant dans leur contexte historique et actuel, les travaux et faire brièvement part des activités conduites de la Francophonie dans le cadre de la CdP-12;

- L’intervention de M. Attila Korodi centrée sur la Résolution prise par les Chefs d’État et de Gouvernement au Sommet de Bucarest sur le changement climatique, invitant les pays membres à s’engager aux côtés des Nations-Unies pour combattre le changement climatique et participer aux réflexions sur l’après 2012;

- Celle de Mme Nelly Olin, Ministre de l’Écologie et du Développement durable de France, lue par sa représentante, Mme Élizabeth Barbier, Ambassadrice de France à Nairobi, portant justement sur le régime climat post-2012. Le point des efforts que déploie la France pour tenir ses propres engagements lui a permis de relever l’importance que revêtent les engagements des autres grandes parties, les États-Unies et les pays émergents notamment, dans le futur régime, et de souligner la place de l’adaptation dans ce régime. En invitant tous les francophones «à participer activement à la réflexion sur ce régime», elle a souhaité, pour conclure, «que nous travaillons ensemble pour définir et porter des propositions communes, des propositions francophones».

- L’intervention suivante fut celle de M. Henri Djombo qui, en sa qualité de Président en exercice de la CEMAE (Conférence ministérielle africaine sur l’environnement), a fortement exprimé les attentes de l’Afrique en ce qui concerne le nouveau régime. La prise des mesures d’adaptation, l’opérationnalisation des Fonds prévus par les accords de Marrakech, le renforcement des capacités, le transfert des technologies écologiquement rationnelles, sont au centre de ces attentes. Il en appelle à la solidarité de la Communauté internationale tout en relevant que l’Afrique doit «s’affirmer en tant qu’entité à part entière dans les négociations» et «exprimer clairement ses attentes…même au sein du G77 + la Chine». Il a conclu son propos sur la «déforestation évitée» dont il estime qu’elle doit «faire partie intégrante des propositions à prendre en compte dans le cadre du Régime climatique post-2012.

- L’intervention de Mme Georgette G.K. Koko, qui a clos la série des contributions, a porté sur la question de la «déforestation évitée», objet d’une initiative des pays du Bassin du Congo, tous membres de la Francophonie et regroupés dans la COMIFAC. L’initiative concerne la préservation et la gestion durable des forêts du Bassin. Considérant que les efforts engagés par ces pays dans l’aménagement de leurs forêts, lesquels permettent d’éviter la déforestation, profitent au climat mondial, ces pays revendiquent leur prise en compte, et donc leur financement, dans le Régime futur. Mme Georgette G.K. Koko, a conclu son propos en lançant «un appel, au nom de tous les pays du Bassin du Congo, à la solidarité francophone, pour nous appuyer dans la préparation et durant les prochaines négociation».

Les débats animés qui ont suivi ces interventions ont souligné à juste raison l’importance de la solidarité francophone dans le processus préparatoire du Régime climatique post-2012. Les attentes exprimées vont de l’identification des priorités autour desquelles construire des positions de négociations, à la préparation des négociateurs des pays membres. Les intervenants ont rappelé et souligné, à ce niveau, l’importance des concertations francophones dont ils ont fortement suggéré le renforcement.

Cette rencontre constitue la 3e des activités organisée par la Francophonie dans le cadre de la CdP-12.

Pour information :
Institut de l'Énergie et de l'Environnement de la Francophonie (IEPF), 56, rue Saint-Pierre, 3e étage, Québec (Québec), G1K 4A1, Canada, Téléphone: (418) 692-5727 / Télécopieur : (418) 692-5644 / iepf@iepf.org / www.iepf.org


[cdp12-cccc]
Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0