Mediaterre

   

Que doit-on faire contre la dégradation des sols ?


La dégradation des sols est un problème de développement durable. Une analyse du développement soigneusement élaborée devrait être conduite dans les zones particulièrement sinistrées de manière à rechercher, au-delà des symptômes visibles (la souffrance des hommes, les dégâts des sols), le type exact de dégradation en cours, son importance, sa localisation, les responsables, les causes ainsi que les modalités. Cette évaluation permettra d'établir un diagnostic, lequel révélera les causes profondes du mauvais état de santé des sols (par exemple les politiques, les marchés, l'infrastructure, les capacités, les institutions, les technologies, la fragilité intrinsèque de l'environnement). Les mesures et instruments de base ainsi fournis par l'évaluation scientifique permettent en outre d'assurer le suivi des progrès réalisés.

Implication des utilisateurs des sols dans les processus décisionnels et dans la recherche de solutions. Les solutions imposées d'en haut sans concertation échouent souvent, simplement parce que les utilisateurs des sols ne les considèrent pas comme adéquates pour leur activité quotidienne. Par exemple, les interventions qui négligent les risques (comme celui de sécheresse) n'ont que très peu de chances de réussir. C'est pourquoi les utilisateurs des sols doivent être impliqués dans les consultations et tout à la fois informés, encouragés, responsabilisés et investis de l'autorité suffisante pour gérer leurs terres dans un esprit de développement durable.

La connaissance scientifique et les savoirs locaux doivent être les uns et les autres pris en considération. Les gens vivant de la terre ont inventé de nombreuses techniques pour éviter la dégradation des sols et réduire les risques. Mais l'actuelle pression démographique et celle du développement dépassent leurs capacités. Des échanges de savoirs, inscrits dans une approche participative, sont la condition pour que la connaissance scientifique puisse se construire sur la base des savoirs locaux. La connaissance doit être largement partagée.

Source : Nation unies

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0