Mediaterre

   

La perte de biodiversité en lien sur les transports publics et l'eau à Belo Horizonte


Au nom du progrès économique linéaire, les enjeux socio-environnementaux liés à la politique sur les transports publics et l’acheminement de l’eau à Belo Horizonte (1950-2010), ont fait passer les intérêts de certains groupes privés (compagnies d’autobus, usines de construction automobile) avant les besoins des citoyens et la préservation de la biodiversité.

 

Avant la fin du XIXe siècle, les villes étaient encore rares dans les paysages brésiliens. Cependant, après l’abolition de l’esclavage (1888) et la proclamation de la République (1889), un ordre politique inspiré des valeurs européennes de modernité et de progrès linéaire a essayé de rompre avec les valeurs héritées de l’époque coloniale, qui faisaient du Brésil un pays rural et agricole exportateur (1).

Dans ce contexte, Belo Horizonte a été créée pour être une ville moderne et planifiée selon les idées optimistes du progrès humain irréfutable, considérant la science et ses applications comme des outils nécessaires, à même de résoudre tous les problèmes de l’humanité. Ainsi, il y avait la conviction que les problèmes sociaux seraient transitoires et surmontables, à condition d’investir dans l’éducation et de générer plus de richesse (2). De ce fait, les écosystèmes ont été considérés comme des outils au service du « développement » social et urbain (3). Paradoxalement, si l’un des facteurs ayant contribué à la sélection de la zone d’implantation géographique de la ville a été sa richesse en eau, la politique de transport public, en privilégiant les autobus et les voitures, a conduit à l’écrasement des sources et cours d’eau de Belo Horizonte. Cette politique de transport n’a cessé de se renforcer de manière alarmante depuis les années 1950 (4). Cela a causé de graves problèmes sociaux et environnementaux, tels que des difficultés d’approvisionnement en eau, la perte directe de diversité aquatique et la pollution de l’air et des rivières, faisant chuter la production photosynthétique de manière drastique. Plus indirectement, ces modifications ont entraîné des pertes de biodiversité terrestre et un changement climatique à l’échelle locale (5).

Donc, il est important de remarquer que les processus sociaux sont des facteurs majeurs dans la dégradation de l’environnement. Une expertise physique et écologique seule ne suffit pas à développer des travaux sur les interactions entre êtres vivants et environnement. Les sciences sociales sont nécessaires afin de comprendre et expliquer les processus de production, de configuration de l’espace social et les relations, ou ruptures, qui peuvent exister entre l’être humain, les sociétés et l’environnement(6).

La politique sur les transports publics : l’asphalte comme emblème du progrès et de la modernité

Belo Horizonte, pour les années 1950 à aujourd’hui, peut être considérée comme une métaphore de la politique fédérale, qui agirait sur les infrastructures et encouragerait l’industrialisation en attirant les capitaux étrangers, en ayant pour priorités le développement de l’industrie automobile (détenue par des groupes privés) et la production d’électricité et de matières premières. L’État, en décalage avec les attentes actuelles, justifie sa politique irresponsable et inefficace en matière d’environnement et de transport public au nom du progrès et de la croissance économique immédiate qui suit une logique d’urbanisation d’expansion sans une planification bien « définie » (7).

La ville autrefois connue en tant que « ville jardin », pour ses arbres, ses oiseaux, ses fleurs et ses papillons, est envahie par les voitures à partir du milieu du XXe siècle. L’asphalte a été répandu à travers la ville, transformant le jardin coloré en une ville grisâtre. Par ailleurs, divers travaux de plomberie visant l’aménagement des ruisseaux et des eaux pluviales ont commencé en 1966, couvrant une aire d’environ 5 076 mètres2. Parmi les ouvrages les plus marquants, nous pouvons mentionner la canalisation du courant Acaba Mundo, sur l’avenue Afonso Pena, comme le montre la photo ci-contre. Ces ouvrages, lorsqu’ils ont été inaugurés, sont devenus un motif de propagande électorale et d’euphorie populaire. C’était l’arrivée du progrès, des voitures, de leur fumée et du cosmopolitisme, sans prise en compte des coûts socio-environnementaux engendrés (8).

Toutefois, ces coûts ne mirent pas longtemps à se manifester : inondations, problèmes de distribution d’eau, hausse de la pollution de l’air, perte de la biodiversité, inefficacité des transports publics et embouteillages. Le développement des transports conduit toujours à l’élargissement des avenues, à la destruction de l’environnement et du patrimoine architectural de la ville, éléments essentiels à l’identité et à la mémoire des citoyens. C’est là le prix à payer pour le progrès et la modernisation de l’ancienne cité-jardin, aujourd’hui devenue autophage.

L’idée de développement économique linéaire, née au 18e siècle et qui a guidé les politiques de développement des trois derniers siècles, est aujourd’hui toujours présente dans notre vie quotidienne. On peut citer pour exemple la méthodologie adoptée afin de calculer le Produit intérieur brut (PIB), mesurant l’activité économique d’un pays, prenant en compte les activités bénéfiques comme les néfastes. Même des catastrophes écologiques, telle que celle survenue pendant la guerre du Golfe, contribuent à la croissance du PIB (9).

La modernisation de Belo Horizonte provoque donc la destruction des ressources naturelles et patrimoniales et favorise l’utilisation intensive des véhicules personnels fonctionnant aux énergies fossiles. Cet exemple traduit la mentalité sociale et environnementale dévastatrice de ce nouveau millénaire, en contribuant à la maintenance de villes politiquement anachroniques. En somme, la perte de biodiversité générée par la dégradation des richesses naturelles a affecté directement la qualité de vie humaine. Parce que ce qui est mauvais pour la biodiversité le sera également pour l’espèce humaine, puisque l’humain obtient de l’environnement l’air, l’eau, les matières premières, les aliments, les médicaments et autres « services » dont il dépend; cela sans mentionner les aspects éthiques et de droit à la vie (10).

 

RÉFÉRENCES :

(1) Grossi, Yonne, 1997. Belo Horizonte: qual pólis? Cadernos de História, Belo Horizonte, ano II, n. 3, p. 12-24, 2º semestre.

(2) Elias, Nobert, 1997. Über den Prozeß de Zivilisation: Sozioge­netische und psychogenetische Undersuchungen Erster Band Wandlungen des Verhaltens in den weltlichen Oberschichten des Abendlanfrd. Frankfurt AM Main: Suhrkamp taschenbuch Wissenchaft.

(3) Mill, J. Stuart, 1988. L’utilitarisme. Paris : Champs Classiques.

(4) Vianna, Newton dos Santos. 1999. Belo Horizonte e seu abas­tecimento de água e sistema de esgotos 1890 – 1973. Belo Horizonte.

(5) Assis Wellington Lopes, 2010. O sistema clima urbano no mu­nicípio de Belo Horizonte na perspectiva têmporo-espacial. 2010. Thèse (PhD). Universidade Federal de Minas Gerais.

(6) Leonel, Mauro, 2000. A morte social dos rios. Perspectiva.

(7) Fausto, Boris, 1998. História do Brasil. São Paulo. Edusp.

(8) Yuri, M. Mesquita, 2010. Os rios e a cidade: espaço, sociedade e as políticas públicas em relação ao saneamento básico em Belo Horizonte, 1964 – 1973. Revista Espacialidades [online]. vol. 3, n.2. http://cchla.ufrn.br/espacialidades/v3n2/yuri% 5B.pdf.

(9) PRIMACK, Richard B.; RODRIGUES, Efraim, 2001. Biologia da conservação. Londrina. Planta.

(10) GUNDERSON, Lance H.; HOLLING, C.S., 2002. Panarch: understanding transformations in human and natural systems. Washington. Island Press.

 

Source: L'Interdisciplinaire, journal étudiant de l'Institut EDS

[Journallinterdisciplinaire]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0