Le Sommet des femmes rassemble des leaders pour le changement à la COP22


Véritable Who’s Who des femmes célèbres, le Sommet des femmes leaders  a rassemblé de nombreuses femmes au Palmeraie Golf Palace pour discuter de la place des femmes dans le changement climatique.

Les intervenants comprenaient Mme Hakima El Haité, championne de haut niveau pour le climat du Maroc. « Lutter pour le climat, c’est lutter pour la paix, les droits de l’homme et la sécurité dans le monde », a-t-elle affirmé.

Pourquoi le changement climatique est-il si particulier pour les femmes ? Outre le fait, qu’elles sont affectées de manière disproportionnée par les catastrophes naturelles, les femmes ont tendance à être celles qui utilisent le plus les énergies au domicile. Dans les pays développés, cela signifie qu’elles sont en charge de la consommation énergétique du foyer.

Dans les pays en développement, l’accès à l’énergie leur est important non seulement pour cuisiner mais également pour des questions d’éducation et de santé.

« Les femmes sont des leaders dans leurs familles, dans leurs communautés, des leaders en éducation et dans la santé. Nous devons soutenir leur leadership dans la lutte contre le changement climatique. C’est ici et maintenant que se passe le vrai combat », a déclaré Mme Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO. « Notre but à l’UNESCO est de changer les mentalités. Sans ça, impossible de mettre en œuvre l’Accord de Paris. »

Dans le monde en développement, le lien entre énergie propre et standards élevés de vie est particulièrement frappant. La Banque mondiale a révélé que lorsque l’énergie solaire a été introduite au Bangladesh, l’usage de la contraception a augmenté. Pourquoi ? « Car les femmes avaient accès une information sanitaire publique », a déclaré Mme Julia Bucknall, directrice pour l’environnement et les ressources naturelles.

Etaient également présentes Mmes Meryl Frank, ancienne ambassadrice des États-Unis et membre de la Commission de la condition de la femme de l’ONU ; Hilda Heine, présidente des Îles Marshall ; Mary Robinson, envoyée spéciale de l’ONU pour El Nino et le climat, ancienne présidente de l’Irlande. « Nous sommes ici pour voir que les femmes sont des actrices primordiales de la lutte contre le changement climatique », a affirmé Helen Clark, administratrice du PNUD et ancienne première-ministre de la Nouvelle Zélande

Les hommes présents étaient aussi célèbres. Ainsi, le chanteur Akon a raconté comment il avait créé son projet Akon Lighting Africa afin de ramener l’énergie solaire au village de sa grand-mère. Après lui avoir acheté une maison en ville, elle souhaitait plutôt retourner dans son village et c’est pour cela qu’Akon s’était intéressé aux coûts nécessaires pour étendre le réseau jusque-là. Il avait alors découvert, choqué, les prix et la complexité de travailler avec les dirigeants locaux et avait trouvé un ressource déjà disponible et moins chère à la place : le soleil. « La lumière solaire fait baisser le crime et permet aux vendeurs de rue de travailler plus tard et aux enfants de faire leurs devoirs », a-t-il déclaré.

Dans l’après-midi, des séances de groupe ont permis de rassembler des suggestions concernant les questions énergétiques, d’innovation et d’adaptation.

Communiqué de la COP22

Suivez la Cdp22 avec Mediaterre 

[CdP22-climat]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0