Mediaterre

   

L'ONU lance une campagne mondiale " Océans propres " pour lutter contre les déchets marins


L’ONU Environnement a lancé une campagne mondiale de lutte contre les déchets marins (Clean seas, turn the tide on plastic) jeudi 23 février à l’occasion du sommet mondial de l’océan organisé par The Economist à Bali en Indonésie.

Cette campagne s’adresse aux gouvernements, aux industriels ainsi qu’aux consommateurs. Elle a pour but de mobiliser ces acteurs afin d’éliminer, ou du moins de réduire considérablement, l’utilisation des  plastiques à usage unique et des micro-plastiques responsables de la pollution des océans.  

Pour mettre fin au « raz de marée de plastique » à l’horizon 2022, l’organisation internationale a dans le collimateur les sacs, bouteilles, pailles etc. non réutilisables ainsi que les produits cosmétiques contenant des micro-plastiques (dentifrice, masques de gommages,...). Des particules de plastiques minuscules sont en effet utilisées dans certains produits pour leur donner une consistance onctueuse. Elles finissent leur course dans les océans depuis nos canalisations et servent malheureusement de nourriture aux poissons.  

Des dégâts immenses sur les écosystèmes et la santé

8 millions de tonnes de déchets sont déversées dans les océans chaque année, cela représente le contenu d’une benne à ordure par minute. Les plastiques constituent la majorité de ces déchets (60 à 90%). On retrouve principalement des mégots de cigarette, des sacs plastiques, du matériel de pêche et des emballages alimentaires. Nous produisons 20 fois plus de plastique qu’il y a 50 ans et notre production devrait être multipliée par 3 ou 4 d’ici 2050. Pourtant, d’après l’ONU, si nous continuons à consommer du plastique au même rythme qu’actuellement il y en aura plus que de poissons dans les océans dans 30 ans. Toujours selon l’ONU, 99% des oiseaux marin auront alors déjà ingéré du plastique.

Les effets sont ravageurs sur la faune, la flore, la santé et l’économie puisque la pêche et le tourisme sont impactés. Plus de 600 espèces sont concernées par le problème des déchets marin, certaines sont en voie de disparition notamment à cause de l’ingestion de plastique.

Différentes formes d’engagement pour lutter contre les déchets marins

« Océans propres » rassemble pour l’instant dix pays (Belgique, Costa Rica, France, Grenade, Indonésie, Norvège, Panama, Sainte-Lucie, Sierra Leone et Uruguay) et la marque DELL qui s’est engagée à produire des emballages à partir de plastiques récupérés dans l’océan. Elle bénéficie également du soutien de personnalités.

La campagne souhaite agir sur différents leviers : c’est à la fois à travers la réglementation, la  production et la consommation responsables que les sources de déchet plastique pourront être éliminées.

Les consommateurs sont ainsi appelés à éviter d'utiliser certains produits (bouteilles, pailles, sacs, cosmétiques) et à faire pression sur les industriels afin qu’ils prennent en compte l’impact de leurs productions sur l’environnement.

Les gouvernements sont quant à eux encouragés à prendre des mesures restrictives, à mettre en place des taxes et à mieux informer leurs citoyens. Pour donner quelques exemples, l’Uruguay taxera les sacs plastiques à usage unique d’ici la fin de l’année, les Etats-Unis et le Royaume-Uni interdisent les micros plastiques dans les cosmétiques, la France a banni les sacs plastiques à usage unique des caisses des magasins et des rayons fruits et légumes. De plus, la vaisselle en plastique non réutilisable sera interdite d’ici 2020 dans l’hexagone.

Des annonces importantes attendues en juin

Des évènements clés sont à venir concernant la protection des océans qui est, rappelons le, l’objectif de développement durable numéro 14 des Nations Unies (Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable). En effet, la conférence mondiale sur l'Océan se tiendra au Siège de l'ONU à New York du 5 au 9 juin, et l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement aura lieu en décembre à Nairobi (Kenya).

 A.F.

Source de l’info

Crédits image: UNEPcreative commons

[ODD2030-14]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0