Mediaterre

   

Processus de Kimberly, une session extraordinaire du comité national camerounais réuni à Yaoundé


Une session extraordinaire du comité du Secrétariat national permanent camerounais du processus de Kimberly s’est tenue à Yaoundé le 29 décembre 2017. Il a été essentiellement question d’évaluer le niveau d’exécution du budget d’investissement public de l’année qui s’achève et de statuer sur l’examen et d’adoption du budget 2018. Il a été également question d’examiner les voies et moyens en vue de renforcer les contrôles consécutifs aux diamants en provenance de la République Centrafricaine saisis à l’aéroport international de Douala le 06 août 2017.

Le Cameroun connaît quelques difficultés dans ce secteur, et cela est en grande partie due à la crise qui prévaut en République Centrafricaine, avec qui le Cameroun partage 800 km, et d’où sortent principalement les trafiquants.

Selon M. Jean Kisito Mvogo, le Secrétaire permanant pour le Cameroun, le pays met d’énormes moyens pour sécuriser cette frontière par une surveillance militaire permanente et un contrôle systématique de tous ceux qui traversent celle-ci. En août 2017, un expatrié a été appréhendé avec dans ses bagages une cargaison de diamants bruts d’une valeur d’environ 630 millions de Fcfa.

Si le Cameroun connaît quelques difficultés dans ce secteur depuis son admission au Processus de Kimberley en 2012, c’est en grande partie dû à la crise qui prévaut en République Centrafricaine, avec qui le Cameroun partage 800 km, et d’où sortent principalement les trafiquants, expliquent les responsables camerounais. Par ailleurs, ils relèvent que le Cameroun a mis d’énormes moyens pour sécuriser cette frontière par une surveillance militaire permanente et un contrôle systématique de tous ceux qui traversent celle-ci.

Ces quelques difficultés n’occultent pas pour autant les avancées enregistrées par le Cameroun dans la transparence et la bonne gouvernance enregistrée dans le secteur, notamment la traçabilité dans l’exploitation de l’or et du diamant, précisent les responsables camerounais. Pour ces derniers, l’exploitation minière qui contribue à hauteur de 5% à l’économie nationale, est de plus en plus rentable pour le pays et bénéficie plus que par le passé aux populations locales. Bien plus, le respect des normes environnementales est de plus en plus exigé.

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0