Mediaterre

   

Un gigantesque jardin de corail découvert au large du Groenland


Des chercheurs britanniques ont découvert au large du Groenland un gigantesque jardin de corail s’étendant sur 486 km2 et entre 314 à 585 mètres de profondeur. La pression y est 50 fois plus forte qu’à la surface et la lumière y est quasiment absente. Ce jardin de corail qui fait presque cinq fois la dimension de la ville de Paris est un véritable écosystème. Plus de 44 000 organismes ont déjà été recensés. L’expédition britannique a qualifié le lieu de « vulnérable » et espère en conséquence qu’il sera reconnu comme étant un « écosystème marin vulnérable » selon l’appellation issue des Nations Unies.

Cette percée a été possible grâce à l’équipement conçu pour l’occasion par l’expédition. Leurs caméras équipées de lasers sont résistantes à la pression, précises et peu onéreuses. Cet équipement est important puisqu’il permettrait de mieux connaître les fond-marins. Ceux-ci recouvrent 65% de notre planète mais nous sont plus inconnus que la surface de la planète Mars selon les dires de Stephen Long l’un des membres de l’expédition.

Cette découverte intervient alors que le corail est mondialement de plus en plus en danger en raison du changement climatique. Jeudi 4 juin, un rapport publié par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature en partenariat avec l’Office français de la biodiversité et le Muséum national d’Histoire naturelle, exposait l’immense précarité du corail présent dans l’Océan indien. Désormais, lors des saisons chaudes, la température à la surface de la mer augmente plus que d’ordinaire, cela provoque un blanchissement du corail dans l’océan indien, ce qui peut le tuer lorsque le phénomène se poursuit trop longtemps. La mort du corail est un véritable problème, puisqu’à l’image de celui découvert au large du Groenland, il constitue un écosystème à lui tout seul.

Florian Kirchner, en charge du rapport précité, l’avait conclu en soulignant l’importance d’une amélioration de la qualité des eaux côtières, ce qui permettrait au corail d’être plus résistant au changement climatique.

[MOGED] 

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0