Mediaterre

Clarification des rôles des acteurs dans la mise en oeuvre de la CDN de la RDC



  • La clarification des rôles des acteurs dans la mise en œuvre de la Contribution Déterminée au niveau Nationale (CDN) de la République démocratique du Congo, a été au centre des échanges entre les différentes parties prenantes engagées dans la lutte pour la réduction des émissions des gaz à effet de serre dans tous les secteurs vitaux du pays. Organisé à Kinshasa, ce jeudi 17 mars, par le ministère de l’Environnement et développement durable, cet atelier a permis l’échange des informations pertinentes sur la CDN de la RDC avec notamment les acteurs dont les activités ont une incidence sur le climat et l’environnement. Mais aussi la présentation de la mission du facilitateur d’ENABEL dans la mise en œuvre de la CDN, et les avancées enregistrées par la RDC dans ce processus.

    Selon les organisateurs, l’atteinte des ambitions de la RDC consignées dans sa CDN nécessite une synergie, en vue d’aboutir à la création des co-bénéfices du développement durable et la lutte contre la pauvreté.

    « Cette rencontre nous permet d’initier un processus de large consultation sectorielle de différentes parties prenantes visant une meilleure appropriation de la feuille de route pour la mise en œuvre de la Contribution Déterminée à l’échelle nationale », a expliqué Benjamin Toirambe, secrétaire général à l’Environnement et développement durable. 

    Cet atelier s’inscrit dans la perspective de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat adopté en 2015. Cet accord recommande aux parties membres de la Convention-Cadre des Nations-Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) de prendre des engagements chiffrés et de communiquer de façon régulière sur leur Contribution Déterminée au niveau national.

    « Nous sommes heureux en ce jour de voir les parties prenantes au processus réunis autour du secrétaire à l’Environnement, dans le cadre de cet atelier. Nous avons l’espoir que cette synergie entre acteurs et partenaires de la RDC contribuera à renforcer le rôle et l’implication de chaque partie prenante au processus de la CDN de la RDC », a indiqué Murielle Hermouet, représentante de l’Agence belge de Développement (ENABEL) .

    Pour aider la RDC à relever le défi de l’atteinte de ses ambitions, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à travers son initiative” Promesse Climatique”, appuie le Ministère de l’Environnement et Développement durable dans une approche multidisciplinaire, participative et inclusive à réaliser la révision de la CDN de la RDC dont la cible actuelle de réduction des émissions est passée de 17% à 21% .

    « Je saisis la présente occasion pour nous encourager tous à nous investir dans la recherche des synergies en vue de l’appropriation par toutes les parties prenantes de la Contribution Déterminée au niveau National de la RDC. Ceci dans le but de réduire l’intensité des émissions des Gaz à Effet de Serre », a indiqué Étienne Desouza, expert au (PNUD).

    La République démocratique du Congo avait ratifié L’Accord de Paris en décembre 2017, après l’avoir signé en avril 2016 et élaboré sa Contribution Déterminée au niveau national (CDN) en fin 2015. Son ambition était de réduire de 17% l’intensité de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) entre 2020 et 2030 dans le secteur de l’agriculture, la foresterie et autres utilisations des terres et l’énergie, pour un coût initial de 21 milliards de dollars américains. La CDN de la RDC a été revue à la hausse. Elle intègre désormais les secteurs déchets et transport, non visés par la version initiale. Son coût global à ce jour est estimé à 48 milliards de dollars américains.

    Cette activité a été rendue possible grâce à l’appui d’ENABEL avec la collaboration du PNUD.

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0