Sénégal: Gestion des ressources naturelles, les nouvelles compétences des collectivités locales



  • Les quinze communautés rurales des départements de Dagana et de Nioro du Rip participent à un projet de gouvernance locale et de gestion décentralisée des ressources naturelles (GL-GDRN). Ce projet initié par le Centre de suivi écologique (CSE) en partenariat avec le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI, Canada)  est destiné à renforcer les capacités des élus locaux dans la gestion des ressources naturelles.

    " Nous témoignons au nom des collectivités locales du département de Nioro de la grande satisfaction que nous éprouvons pour ce projet ", a laissé entendre Ousmane Bitèye, représentant du Président du conseil rural de Nioro du Rip, le 4 septembre 2008 à Dakar à l'occasion de la cérémonie de remise des produits destinés à les outiller en gestion de l'environnement et des ressources naturelles. Tout en se félicitant de l'approche utilisée par l'équipe du projet GL-GDRN, il a relevé son importance dans la lutte contre la pauvreté. Pour sa part, Babacar Diop, intervenant au nom du représentant des PCR du département de Dagana, a aussi abondé dans le même sens. Il a loué la CSE pour son engagement à accompagner les collectivités locales dans le processus de la décentralisation.

    Le représentant de l'Alliance Nationale de Concertation des Ruraux a souligné que "les outils développés devront permettre aux collectivités locales de mieux gérer les ressources ". Il a, par la même occasion, invité à l'exploitation de ces outils constitués entre autres de cartes d'occupation des sols, des sièges des autorités locales des départements de Dagana et de Nioro du Rip, des compendiums des principaux textes relatifs à la gestion décentralisée des ressources naturelles, différents rapports et un CD de capitalisation.

    Déthié Ndiaye, Coordinateur du projet GL-GDRN (CSE), a révélé que grâce à de nouvelles compétences acquises dans le domaine de l'exploitation des pains de singe, les femmes d'un village ont réussi à payer l'impôt et d'autres à ouvrir un compte pour leur regroupement.

    C'est sans doute la raison pour laquelle le doyen Amadou Tidjane Wane, Président de l'UAL, a noté l'importance du projet en suggérant qu'il est nécessaire qu'il fasse tache d'huile, et qu'il soit élargi à d'autres collectivités locales du pays. Le représentant du ministre de l'environnement a prôné la maîtrise de la production par une bonne gestion des ressources. Selon lui, c'est le seul moyen pour résorber le déficit alimentaire de notre pays : " La production rurale a un substrat. Ce sont les ressources naturelles. Malheureusement, depuis deux décennies, notre pays est confronté à un déficit chronique de la production. Conscient de la nécessité de mieux gérer les ressources à la base, l'État a transféré cette gestion aux collectivités. C'est toute la pertinence de la Grande offensive agricole pour la nourriture et l'abondance (Goana) lancée par le Président de la République ", a-t-il déclaré.

    En définitive, il faut noter que ce projet de gestion des ressources naturelles passera par l'identification et la création des conditions d'un dialogue constructif entre les décideurs et les membres des communautés locales.

     

    [Terri-DD]
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2014 Médiaterre V4.0