Mediaterre

Un rapport entrevoit des perturbations importantes dans le secteur agricole en raison du changement climatique



  • Selon le département de l'Agriculture des États-Unis (USDA), l'augmentation prévue de la fréquence, de la durée et de l'intensité des phénomènes météorologiques liée au changement climatique affectera la façon dont les agriculteurs vont cultiver leurs champs et élever leur bétail à l'avenir.

    L'USDA indique, dans un récent rapport, que " le changement climatique est un phénomène agricole mondial qui affecte le système agricole mondial ". Les auteurs du rapport notent également que " des réductions du rendement provoquées par le climat et, dans certains cas, des augmentations dans d'autres régions affecteront les marchés mondiaux " ainsi que la sécurité alimentaire mondiale. Le risque de propagation des organismes nuisibles et des pathogènes par le biais des importations agricoles sera également accru.

    Toujours selon le rapport, le changement climatique pourrait causer des déplacements géographiques de la production qui créeront de nouveaux marchés dans certaines régions, tandis que d'autres pays devront peut-être compter davantage sur les importations agricoles pour compenser les insuffisances de la production intérieure.

    " La menace que constitue le changement climatique est nouvelle et différente de ce que nous avons connu par le passé ", a indiqué le secrétaire à l'agriculture, Tom Vilsack, le 5 juin dernier au Club national de la presse à Washington.

    Ce dernier a présenté les effets à long terme potentiels du changement climatique sur l'agriculture et les solutions envisagées par l'USDA en réponse à ces défis environnementaux, en commençant par les agriculteurs qui " sont en première ligne pour identifier les menaces et procéder aux adaptations voulues afin de pouvoir y faire face. "

    Sous l'effet de l'augmentation des températures et de la modification du régime des précipitations, a poursuivi le haut responsable, il faudra déplacer la production des végétaux en tenant compte des endroits où il y a de l'eau. En clair, là où de nos jours un agriculteur cultive des fruits qui nécessitent beaucoup d'eau, dans une génération, sur ces mêmes terres, un agriculteur cultivera peut-être des cultures qui résistent à la sécheresse.

    De surcroît, là où les hivers ne sont plus assez froids pour éliminer les insectes envahisseurs, ces populations augmenteront probablement. La hausse des températures entraînera aussi probablement la multiplication des plantes adventices et des herbes. La prise de mesures phytosanitaires en conséquence se traduira par une augmentation des coûts d'exploitation des agriculteurs.

    Selon l'USDA, le changement climatique aura également un impact néfaste sur le moment où le pollen est libéré pour fertiliser les plantes.

    Les effets du changement climatique, a ajouté M. Vilsack, se font sentir jusque dans les forêts où " les incendies intenses et destructeurs menacent de devenir la norme ". Il a déclaré qu'aux États-Unis la " saison des incendies " durait maintenant 60 jours de plus qu'au début des années 1990.


    Autre observation de l'USDA : le bétail est également vulnérable au changement climatique, dans la mesure où la modification du métabolisme des animaux suite aux températures extrêmes peut réduire la production de viande, d'oeufs et de lait.

    Pour répondre aux défis environnementaux, a indiqué le secrétaire à l'agriculture, l'USDA a lancé un outil en ligne pour la gestion du dioxyde de carbone : il permet aux agriculteurs américains de calculer la quantité de carbone que leurs efforts de conservation peuvent éliminer de l'atmosphère.

    " En améliorant la santé du sol, nous pouvons simultanément stimuler la productivité, protéger les ressources en eau, améliorer la biodiversité, réduire l'érosion et aider à remettre le carbone dans le sol, là où il doit être. "

    L'USDA établira aussi sept centres régionaux qui serviront de sources d'informations aux producteurs agricoles et forestiers en ce qui concerne les dangers des changements climatiques et la planification des mesures d'adaptation nécessaires.

    Au niveau international, l'USDA indique que les changements climatiques affectent l'utilisation des terres, la certification environnementale des produits alimentaires et agricoles et des systèmes de production, la production de biocarburant, le déboisement et le rôle de l'agriculture dans l'atténuation des émissions de gaz à effet de serre.

    De l'avis des auteurs du rapport de l'USDA, le fait d'accroître à l'échelle internationale la prise de conscience des effets des changements climatiques sur l'agriculture offre des occasions de promouvoir des règles de libre-échange fondées sur la science. Les spécialistes du Foreign Agricultural Service (FAS) de l'USDA, par le biais des ambassades des États-Unis à travers le monde, s'efforcent de sensibiliser les autres pays aux questions du changement climatique et ils font état des conséquences des phénomènes météorologiques pour la sécurité alimentaire locale.

    Toujours selon le rapport, l'USDA pourrait être amené à fournir une assistance technique accrue afin d'aider les agriculteurs et les scientifiques de pays partenaires à planifier une production agricole à faible taux d'émissions et capable de résister au climat. Selon le rapport, plusieurs pays ont déjà demandé l'aide de l'USDA du fait du changement climatique. L'USDA et l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) parraineront des échanges professionnels destinés à permettre aux scientifiques américains et à leurs homologues étrangers de collaborer dans le cadre de recherches sur le changement climatique.

    Par ailleurs, dans le cadre du Partenariat sur l'énergie et le climat pour les Amériques, le FAS s'emploie avec le département d'État à promouvoir la biomasse renouvelable comme source d'énergie et à réduire les émissions de gaz à effet de serre parmi les pays partenaires. Ce partenariat créé en 2009 est dirigé par les États-Unis, le Brésil, le Canada, le Chili, le Costa Rica, le Mexique, le Pérou, et la République de Trinité-et-Tobago.

    " Le développement de solutions modernes en réponse au changement climatique requiert d'augmenter le niveau de collaboration entre les agriculteurs, les gouvernements, les chercheurs et l'industrie ", a déclaré M. Vilsack.


    Source : "IIP Digital" Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://iipdigital.usembassy.gov/iipdigital-fr/index.html
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0