Mediaterre
   

Des acteurs du développement durable se mobilisent pour promouvoir les énergies renouvelables en Afrique



  • Dans une tribune du Monde publiée le 23 juin, plusieurs acteurs du développement durable issus de la scène tant politique, économique que de la société civile, se sont mobilisés afin d’exprimer leurs craintes quant à une relance des activités économiques en Afrique basée sur une utilisation massive des énergies fossiles. Leur message est clair : « les énergies du futur devront être résilientes et abordables, en Afrique encore plus qu’ailleurs ».

    Il convient de rappeler qu’en Afrique, près de 75% de la production électrique repose sur les énergies fossiles. Leurs inquiétudes sont d’autant plus exacerbées que, en raison de la récente baisse des prix du pétrole, « de plus en plus de voix s’élèvent pour dire que la compétitivité et la rentabilité des investissements verts ne seraient plus assurées à l’ère du pétrole bon marché ». En parallèle, on voit croître en Afrique les investissements dans les projets de centrales charbon, en grande majorité financés par la Chine. Les auteurs de la tribune déplorent ces tendances qui éloignent toujours plus le continent du nouveau paradigme de développement durable qu’il devrait pourtant adopter : « notre conviction est que « l’accès universel » à une énergie suffisante n’est pas contradictoire avec l’exigence environnementale » soutiennent-ils.

    Plus encore, les auteurs soulignent que, contrairement aux énergies fossiles, les énergies renouvelables seraient moins soumises aux aléas et à l’instabilité du système et permettront donc une meilleure résilience face aux crises futures. Ainsi, en investissant dans les énergies renouvelables, l’Afrique pourrait devenir énergétiquement indépendante ce qui consiste à leur sens en un « puissant bouclier contre de probables futurs conflits commerciaux internationaux et/ou récessions économiques ».

    La tribune rend finalement visible la centralité de la gouvernance politique, les subventions accordées au secteur du charbon freinant considérablement la transition énergétique du continent. Ces subventions devraient être redirigées vers les énergies renouvelables « qui seront le socle du système énergétique de demain et le pilier d’un nouveau modèle de croissance durable ».

    [MOGED]

    Pour consulter la tribune : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/06/23/les-energies-du-futur-devront-etre-vertes-resilientes-et-abordables-en-afrique-plus-qu-ailleurs_6043919_3212.html

    Illustration : Pixabay

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0