Mediaterre
   

Une alerte sans précédent pour la planète



  • Par Philippe Testard-Vaillant

    Plus de 15 000 scientifiques de 184 pays alertant l’opinion mondiale sur l’état de la planète et conjurant l’humanité d’agir vite pour « éviter une misère généralisée et une perte catastrophique de biodiversité », c’est historique, non ?
    Franck Courchamp : C’est effectivement du jamais-vu. La première mise en garde de ce genre, formulée en 1992 à l’issue du Sommet de la Terre à Rio, n’avait rassemblé que 1 700 signataires dont, il est vrai, une centaine de prix Nobel. Le présent manifeste a été rédigé par huit spécialistes internationaux du fonctionnement des écosystèmes et a paru le 13 novembre dans la revue BioScience. Il a été initié par le biologiste de la conservation américain William Ripple, qui a mis en évidence le déclin dramatique de presque tous les grands carnivores et tous les grands herbivores, des animaux qui jouent pourtant un rôle crucial dans l’équilibre des milieux naturels. William Ripple m’a contacté le 20 juillet et m’a demandé de relayer ce cri d’alarme, notamment en France, ce que j’ai fait. Au total, pas loin d’un millier de chercheurs français (soit un quinzième des signataires) ont souscrit à cet appel, ce qui n’est pas rien au moment où notre pays s’efforce de prendre le leadership en matière de protection de l’environnement. Par ailleurs, tout écologue, zoologue, physicien, chimiste, spécialiste du climat… qui n’a pas eu connaissance de cet « avertissement à l’humanité » peut y apposer son nom après coup et rejoindre les signataires initiaux. À ce jour, la liste comprendrait environ 23 000 noms.

    Lire la suite de l'article du Journal du CNRS

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0