Mediaterre
   

Nouvelle politique environnementale suédoise pour l'Arctique



  • En tant que pays de l’Arctique, avec des ambitions environnementales élevées, la Suède souhaite jouer un rôle important à l’échelle internationale dans ce domaine. Le gouvernement suédois a ainsi élaboré une nouvelle stratégie visant à renforcer sa politique environnementale pour l’Arctique.

    Trois points sont soulignés : Des efforts accrus pour le climat, une meilleure protection de la biodiversité et des écosystèmes, et une utilisation durable des ressources.

    1) Augmentation des efforts pour réduire le réchauffement climatique

    Les pays de l’Arctique (Suède, Norvège, Finlande, Danemark, Islande, Russie, Canada et États-Unis, tous membres du Conseil de l’Arctique) sont responsables d’une grande partie des émissions mondiales de gaz à effet de serre et ont une responsabilité majeure pour réduire ces émissions. La Suède a travaillé pour réduire les émissions des facteurs climatiques de courte durée, tels que la suie et le méthane. Ce point est toujours important, mais les efforts doivent être élargis. Le gouvernement suédois veut donc renforcer les mesures dans le Conseil de l’Arctique concernant le climat et les énergies renouvelables.

    2) Une meilleure protection de la biodiversité et les écosystèmes

    Le gouvernement va allouer des ressources importantes au cours des prochaines années pour renforcer le travail en Suède afin de prendre en charge et de protéger les zones naturelles précieuses. Il est nécessaire de renforcer la protection des zones marines au-delà de la juridiction nationale, le gouvernement veut voir un nouvel accord inscrit dans la Convention des Nations Unies sur le Droit de la mer. L’objectif global est la protection et la préservation de la biodiversité marine dans des réseaux de zones protégées.

    Les chercheurs ont alerté sur les dangers de l’extraction de pétrole dans l’Arctique qui est un enjeu important. Une grande partie des ressources pétrolières de la planète doit rester enterrée pour pouvoir maintenir le réchauffement climatique à la limite des deux degrés. L’extraction du pétrole dans la glace de l’Arctique est à la fois coûteuse et risquée. Une catastrophe pétrolière pourrait causer beaucoup de dommages à un environnement déjà sensible. Il est donc crucial de demander d’importantes garanties aux compagnies pétrolières en terme économique et sécuritaire. La Suède veut qu’une réglementation robuste soit établie afin de garantir un haut niveau de protection.

    3) Une utilisation durable des ressources

    Les parties de l’océan Arctique et les fonds marins qui été couverts d’une couche de glace permanente mais qui sont désormais accessibles doivent être protégés. Le gouvernement suédois estime que la pêche commerciale dans le nord de l’océan Arctique central ne devrait pas être autorisée avant qu’une organisation régionale de gestion des pêches puisse être établie. Il faut pouvoir garantir que la pêche sera réalisée d’une manière durable. La Suède estime qu’une approche de précaution doit être prise et qu’une bonne gestion se fera à partir de bases scientifiques et avec une perspective à long terme.

    Communiqué de presse

    Source : diplomatie.gouv.fr

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0