Mediaterre

   

Un accord à Montréal sur les changements climatiques


Samedi 10 décembre tôt le matin, les délégués ont conclu l'accord sur le texte pour la future action sous l'article 3.9 (futurs engagements) de protocole de Kyoto après qu'un compromis de tenir compte du désir de la Russie pour des consultations sur des engagements volontaires. Les parties ont également accepté de commencer le processus pour un examen du protocole en vertu de l'article 9, avec des propositions exigées d'ici le 1 septembre 2006.

La conférence sur le changement climatique des Nations Unies a été clôturée avec l'adoption de plus de quarante décisions qui renforceront des efforts globaux pour combattre le changement climatique. En faisant le bilan sur le succès de Montréal 2005, le président de conférence, le ministre de l'environnement canadien Stéphane Dion a déclaré: "des décisions principales ont été prises dans plusieurs secteurs. Le protocole de Kyoto a été alimenté, un dialogue sur les actions futures a commencé, les parties ont progressé sur l'adaptation et ont avancé sur l'exécution du programme de travail régulier de la convention et du protocole."

Les décisions principales ont tracé le contour de la future action internationale sur le changement de climat. Le processus pour de futurs engagements au-delà de 2012 a commencé dans le cadre du protocole de Kyoto. Un nouveau groupe de travail a été établi pour discuter de futurs engagements pour les pays développés pour la période après 2012. Il commencera son travail en mai 2006.
Dans le cadre de la convention, un dialogue sur les approches stratégiques pour la coopération globale à long terme sur le changement climatique a été également lancé. Une série d'ateliers est projetée pour développer la large gamme des actions requises pour relever le défi du changement climatique. Pendant la première semaine de la conférence, les accords de Marrakech sur la mise en œuvre du protocole de Kyoto de 1997 ont été adoptés.
Richard Kinley a qualifié l’accord « d’étape historique », qui a fixé le cadre pour l'exécution du protocole. « Il y a maintenant certitude pour un marché global soutenu et efficace du carbone. Un des succès principaux était le renforcement du mécanisme de développement propre. Sous ce mécanisme unique, les pays développés peuvent investir dans des projets de développement durable dans les pays en voie de développement, aidant les nations pour améliorer la qualité de la vie de leurs citoyens tout en permettant aux nations développées de recevoir des allocations d'émission.
À Montréal, les pays développés se sont engagés pour fonder le mécanisme de développement propre avec plus 13 millions de $US en 2006-2007. Le processus pour les méthodologies du mécanisme de développement propre (MDP) a été simplifié et son conseil de direction renforcé. En plus de cela, le deuxième mécanisme de Kyoto – la mise en œuvre conjointe - a été lancé. Son organe de direction a été installé. La mise en œuvre conjointe permet aux pays développés d'investir dans d'autres pays développés, en particulier les économies européennes centrales et orientales en transition, et reçoivent de ce fait les allocations de carbone qu'elles peuvent employer pour remplir leurs engagements de réduction d'émission.
Une percée importante était l'accord sur le régime d’observance pour le protocole de Kyoto. Le comité de l’observance avec son application a été élu. Cette décision est importante pour s'assurer que les parties au protocole ont un régime clair de responsabilité en rencontrant leurs cibles de réductions d'émission.
L'adaptation aux impacts du changement de climat était également un sujet important de la conférence. Elle a adopté un programme de travail de cinq ans sur l'adaptation aux impacts de changement de climat. Ce programme prépare le terrain pour que les étapes concrètes identifient des impacts et les mesures d’adaptation au climat qui change. À cet effet, la conférence a également accepté sur un processus d'une année pour définir comment les fonds d'adaptation seront contrôlés et actionnés. Ces fonds uniques s’appuieront sur le montant produit par le MDP et soutiendront des activités concrètes d'adaptation dans les pays en voie de développement.

La technologie était au centre de la discussion sur des efforts pour réduire les émissions et s'adapter aux impacts de climat. Les pays ont convenu sur d'autres étapes pour favoriser le développement et le transfert des technologies. Une technologie qui a soulevé l'intérêt particulier était la capture et le stockage de carbone - une technologie qui implique de stocker le carbone dans le sous-sol. Elle est estimée pour offrir des possibilités intéressantes de réduction des coûts de diminution des émissions jusqu'à de 30%. La discussion a été basée sur un rapport spécial récemment édité par le GIEC. Les parties étaient d'accord sur aller de l'avant avec une analyse approfondie de cette technologie.

Traduction non officielle du communiqué UNFCCC

[cdp11-cccc]
Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0