Mediaterre

   

L'appel du SG de l'ONU au Sommet Action Climat 2019


A l’ouverture du Sommet Action Climat lundi au siège des Nations Unies à New York, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé un vibrant appel à l’adresse des dirigeants du monde, leur rappelant qu’ils avaient l’obligation « de tout faire pour mettre fin à la crise climatique ».

« Si nous ne changeons pas d'urgence nos modes de vie, nous mettons en péril la vie elle-même », a déclaré M. Guterres dans un discours devant des dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement participant à ce sommet.

« La science nous dit qu’avec notre trajectoire actuelle, nous devons faire face à un réchauffement global d'au moins 3 degrés Celsius d'ici la fin du siècle. Je ne serai pas là, mais mes petites-filles le seront. Et vos petits-enfants aussi. Je refuse d'être complice de la destruction de leur maison et de leur seule maison », a-t-il ajouté. « Je ne serai pas un témoin silencieux du crime de condamner notre présent et de détruire leur droit à un avenir durable. C'est mon obligation - notre obligation - de tout faire pour mettre fin à la crise climatique avant qu'elle n'entraîne notre fin. Le temps presse. Mais ce n'est pas trop tard ».

« Ce n'est pas un sommet sur le climat. Nous avons assez discuté. Ce n’est pas un sommet de négociation sur le climat car nous ne négocions pas avec la nature. C'est un sommet d'action sur le climat », a insisté le Secrétaire général. Il a rappelé que les participants à ce sommet (gouvernements, villes, entreprises, acteurs financiers) sont venus avec des engagements.

A la tribune, la jeune militante suédoise, Greta Thunberg, a lancé une mise en garde aux dirigeants mondiaux : « Mon message est le suivant : nos regards seront braqués sur vous ».

« Ce n’est pas normal. Je ne devrais pas être ici. Je devrais être à l'école de l'autre côté de l'océan. Pourtant, vous venez à nous, les jeunes, pour vous donner de l’espoir. Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos mots vides », a-t-elle déclaré. « Tous nos écosystèmes sont en train de s'effondrer. Nous sommes au début d'une extinction massive et tout ce dont vous savez parler c’est d'argent. Un conte de fées de croissance économique. Comment osez-vous ? ».

« Depuis plus de 30 ans, la science est limpide. Comment osez-vous continuer à détourner le regard et venir ici et dire que vous en faites assez quand la politique et la solution requise sont toujours absentes », a-t-elle ajouté.

Pour réussir à mettre fin à la crise climatique, selon la communauté scientifique, il faut à tout prix réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45% d’ici 2030 ; atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ; et limiter la hausse de la température globale à 1,5 degré Celsius d’ici la fin du siècle. 

« Une accélération des financements climatiques est donc nécessaire », a dit M. Guterres. Cela veut dire reconstituer les ressources du Fonds vert pour le climat, tout comme il est essentiel que les pays développés respectent l’engagement pris de mobiliser, d’ici 2020, 100 milliards de dollars par an de fonds publics et privés, afin de soutenir les pays en développement dans leurs efforts d’atténuation et d’adaptation.

Le Secrétaire général a rappelé que même si l’on réussit à baisser les émissions, les effets dramatiques du changement climatique sont déjà là. « L’adaptation est donc devenue une priorité absolue et une condition essentielle pour augmenter la résilience des pays et des communautés et éviter la souffrance humaine », a-t-il souligné.

Il a remercié les pays qui ont d’ores et déjà augmenté leurs engagements, en particulier ceux qui ont doublé leurs contributions au Fonds vert pour le climat.

(...)

Source : ONU PRESSE le lundi 23 septembre 2019 - Crédit photo  Loey Felipe - Vue d'ensemble de la salle de l'Assemblée générale des Nations Unies lors de l'ouverture du Sommet Action Climat de l'ONU le 23 septembre 2019

Lire l'article en intégralité 

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0