Mediaterre

   

L'AJAECAM lance un projet de vulgarisation de l'agroécologie au Cameroun


L’Association des jeunes agroécologistes du Cameroun (AJAECAM) vient d’initier un projet visant à vulgariser l’agroécologie sur l’ensemble du territoire camerounais selon le calendrier suivant : date limite des enregistrements le 15 juillet 2020 ; inscription dès le 22 juillet ; date limite pour le versement des contributions le 31.

Le projet entre dans sa phase pratique dès le 1er août et commence dans la région du Centre (Yaoundé et ses environs). Il est appelé à s’étendre sur tout le triangle national en fonction de la sollicitation des participants.

La cible principale, ce sont les jeunes qui se passionnent pour l’agriculture, et surtout, qui sont soucieux de la bonne santé de l’environnement et du maintien de ses capacités de renouvellement avant, pendant et après les différents cycles de production.

Toute personne souhaitant prendre part à l’initiative doit disposer d’un terrain d’une superficie supérieure ou égale à un demi-hectare, les terrains forestiers étant exclus. Après le versement des frais d’inscription ainsi que des frais de mise en valeur du terrain, une équipe de l’AJAECAM se charge de gérer chaque projet de production, de la préparation jusqu’à la récolte. L’association se dit prête à s’occuper aussi de la commercialisation, mais cela nécessite une nouvelle négociation.

Les spéculations à cultiver sont choisies par les responsables techniques sur la base d’une analyse pédoclimatique. Dans la gamme des cultures prises en compte, l’on retrouve les produits maraîchers (légumes), le maïs, les légumineuses (arachides, haricot, pois, cajan, soja), bananier et bananier-plantain, tubercules (manioc, macabo, patate douce).

L’AJAECAM s’engage à faire usage des techniques s’appuyant exclusivement sur des fonctionnalités offertes par les écosystèmes afin d’éviter l’émission des gaz à effet de serre, et de façon générale, de diminuer les pressions exercées sur l’environnement. Ainsi, le recours aux produits phytosanitaires est exclu, au profit de l’utilisation de la nature et la biodiversité comme facteurs de production ; la diversification des cultures et l’allongement des rotations seront aussi au rendez-vous.

[MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0