ATRAPP: une avancée dans la génomique des cyanobactéries


Un projet dirigé par l’Université de Montréal lauréat du concours de Génome Canada

Le 8 décembre 2016, l’honorable Kirsty Duncan, ministre des Sciences du Canada, et Madame Dominique Anglade, ministre de l’Économie, des Sciences et de l’Innovation du Québec, ont annoncé des investissements respectifs de 10,8 et de 10,4 millions de dollars pour la génomique au Québec.

Dans le cadre du concours Génome Canada Ressources naturelles et environnement : les solutions génomiques aux défis sectoriels, l’équipe de Sébastien Sauvé, professeur à l’Université de Montréal, s’est illustrée avec le projet "ATRAPP – Prévision, prévention et traitement des proliférations d’algues et évaluation des risques y afférents grâce à la génomique".

Sébastien Sauvé, également directeur académique sortant de l’Institut EDDEC, dirige une équipe qui travaille à la mise au point d’une boîte à outils de diagnostic utilisant la génomique chimique pour évaluer le risque de toxicité dans les sources d’eau et guider les municipalités et les responsables de la qualité de l’eau dans l’adoption de stratégies de prévention et de traitement. Cette méthode est une alternative aux installations actuelles de traitement des eaux, considérées comme étant à risque, qui doivent utiliser des procédés de traitement coûteux pour éliminer les cyanobactéries et leurs toxines. L’équipe cherchera également à déterminer les meilleurs procédés de traitement pour prévenir la prolifération des toxines dans l’eau potable et assurer l’élimination sans danger des boues toxiques.

20161208_095039
Credit photo: Stéphanie Jagou

« Notre équipe de recherche a pour mandat de participer de manière active et innovante aux stratégies de prévention et de traitement des contaminants dans l’eau. Pour nous, la recherche en génomique joue un rôle de premier plan dans la résolution des enjeux environnementaux et des ressources naturelles » mentionne Sébastien Sauvé.

Dans le cadre de sa thématique ‘Eau’, l’Institut EDDEC est au cœur de la mise en œuvre de ce projet, qui rejoint des chercheurs issus des trois établissements du Campus : Université de Montréal, Polytechnique Montréal et HEC Montréal, et avec l’Université du Québec en Outaouais, ainsi qu'avec de très nombreux partenaires locaux, nationaux et internationaux. 

Le concours, initié par Génome Canada, a pour objectif de promouvoir l’utilisation des approches génomiques pour relever les défis des ressources naturelles et de l’environnement. Le financement de ces projets de recherche contribue à la bioéconomie et au bien-être de la population québécoise et canadienne. Ces investissements illustrent bien la volonté des gouvernements fédéral et provincial de mettre la recherche et l’innovation au cœur des priorités stratégiques.

Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal, souligne que « Les applications de la génomique se multiplient, les solutions concrètes émergent chaque jour et les chercheurs de l’Université de Montréal y contribuent de façon exceptionnelle. » Il souligne le leadership des équipes de chercheurs en génomique et en environnement dirigés par le professeur Sauvé. « Ils mettent leur passion, leur ingéniosité et leur créativité au service d’une cause particulièrement importante pour nous tous, celle de la qualité de l’eau. »

Retrouvez le communiqué de presse de Génome Québec ici.
À propos de Génome Québec 
Contact : Éva Kammer, Directrice, Communications, Génome Québec, 1 514 398-0668, poste 206 – ekammer@genomequebec.com

Pour plus d'information sur le projet : http://instituteddec.org/themes/eau/atrapp/

[TECHEAUA]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0