Mediaterre

   

L'homme est avant tout un consommateur


Toutes les vérités ne sont pas bonnes à entendre, surtout quand elles heurtent l’idée que nous avons de nous-mêmes. C’est ainsi que nous préférons ignorer qu’avant toutes opinions, croyances et autres considérations, l’homme est un consommateur*. Il est même permis de se demander si, porté par cet insatiable besoin d’améliorer sa condition et celle de sa descendance – ce qui le distingue le plus des autres espèces animales – l’homme met l’économie au service de sa vie ou sa vie au service de l’économie. N’est-il pas curieux d’observer en effet que les sociétés structurées, depuis celles des fourmis ou des abeilles jusqu’à celle des humains, sont moins organisées dans l’intérêt et le respect de la vie de ceux dont elles sont faites que dans le but d’augmenter constamment leur richesse ? Concernant la société des hommes, il suffit de considérer ses dépenses d’armement et de santé, respectivement de 8,5 à 9 % et de 2,5 à 3 % du PIB mondial, pour s’en rendre compte.

Par ailleurs, s’agissant de celles de santé, ces dépenses dont l’objet est la protection de la vie et l’allongement de sa durée, sont révélatrices d’un “marché”, avec sa demande émanant d’une population croissant sans cesse, et son offre, faite de produits, équipements et services y répondant depuis et même avant la naissance de chaque consommateur jusqu’à sa mort, y compris cette dernière, le marché du funéraire étant tout sauf anodin.

C’est ce qui explique que l’homme soit le premier prédateur de la planète, avec pour corollaire le mercantilisme et ce qui peut en résulter chez certains, en termes vénalité. Et ceci n’est pas l’apanage des riches. Les besoins des hommes, qu’ils soient vitaux ou superflus, innés ou inventés, sont inversement proportionnels à la richesse de chacun. Qui sont en effet, ceux qui ont le plus à demander à la vie, sinon ceux qu’un sort aveugle a fait naître nécessiteux ? Qui sont ceux que les hasards de leur naissance les ayant condamnés à être des consommateurs rationnés, ont pour première ambition d’augmenter leur ration ?

C’est ce “toujours plus” qui conduit l’homme, depuis qu’il existe, à chercher et cultiver une richesse arrachée sans discernement à la planète qui l’abrite. Mais il faut penser que c’est cet appétit qui a valu à l’humanité entière le progrès et l’amélioration de sa condition au cours des siècles, quel que soit le prix payé pour cela par son habitat qu’est la Terre et l’inéquité d’une répartition qui doit à la structure incontournablement pyramidale de la société, infiniment plus qu’à l’égoïsme ou au marasme des uns et des autres.

Trop facile de “cracher dans la soupe” – avec pour seul résultat qu’elle en devienne immangeable pour tous – en s’imaginant qu’il suffise pour y changer quoi que ce soit, de gémir sur son propre sort et pour se donner bonne conscience de compatir à celui de plus pauvre que soi ; le comble étant de se plaindre en s’identifiant aux plus miséreux, tout en encourageant la prolifération d’une espèce dont les pauvres (relatifs) se reproduisent à une vitesse qui est 6 fois celle des riches.

Dans de telles conditions, seule la charité, ou la solidarité, qui n’en est que le nom laïcisé, peuvent pondérer les effets d’une structure sociale inexorable. Mais encore faudrait-il, pour être efficaces et durables, que leur manifestation première soit d’encourager et d’aider tous les hommes à limiter et stabiliser leur nombre. Qui se plaindra que ce faisant le nombre de pauvres diminue plus que celui des autres catégories sociales, sachant que la naissance de chacun est une condamnation à vivre – sauf rarissime exception –, le sort de ceux qui lui ont donné la vie. D’autant que les besoins des plus démunis ont d’autant moins de chances d’être pleinement satisfaits que leur nombre croît, quels que soient les efforts de frugalité qui puissent être obtenus de ceux qui consomment le plus. À quoi sert de réduire la consommation de 7, 8 ou 9 milliards d’être humains aujourd’hui, quand leur population est vouée à dépasser les 11 milliards dans moins d’un siècle, dans un monde aux ressources nécessairement limitées et déjà largement réduites ?

* « Tout être humain est avant toute autre activité ou toute autre opinion un consommateur » (Gaston Bouthoul in Traité de sociologie, tome II, p. 180 - Payot 1968.)

 

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0