Mediaterre

   

Les nouvelles mesures prises par le Maroc pour la gestion des eaux du territoire


La croissance de la population, l’urbanisation et le changement climatique sont autant de facteurs menaçant la sécurité de l’eau au Maroc. La Banque Mondiale estime que d’ici 2040, le pays devrait entrer dans une situation de stress hydrique. C’est ce qui a mené le Royaume à voter une nouvelle loi sur la gestion de l’eau.

 

À travers la mise en place de la nouvelle loi 36-15 sur l’eau, le Maroc vise à renforcer les cadres institutionnels, améliorer la gouvernance et instaurer une gestion durable des ressources hydriques.

 

Actuellement, le Maroc est capable d’assurer l’approvisionnement des zones urbaines et rurales du pays, avec un stock hydrique de 9,14 milliards de mètres cubes. Cependant, les changements climatiques risquent de nuire à cette capacité d’approvisionnement et augmenter la rareté de l’eau : c’est pour cela que le pays doit prendre des mesures de prévention. Ceci implique donc l’accélération des investissements dans le secteur hydrique.

 

La rareté de l’eau est un phénomène qui menace le pays : actuellement, la disponibilité de l’eau est de 635 mètres cubes par an et par habitant, mais cette quantité est susceptible de chuter à 564 mètres cubes par an et par habitant en 2030, et même à 511 mètres cubes en 2050. Cette diminution remarquable est due à l’augmentation démographique et les changements climatiques à venir.

 

Le Maroc prend des dispositions remarquables afin d’assurer l’approvisionnement durable en eau du territoire. La nouvelle loi 36-15 implique également la modification du Plan National de l’Eau voté en 2015, année durant laquelle 60% de la population marocaine résidait dans les zones urbaines. Le PNE comporte plusieurs notions favorables au développement du pays, notamment :

 - La gestion de la demande en eau ainsi que 96,6% d’accès à l’eau potable en milieu rural, l’amélioration des rendements des réseaux de distribution d’eau potable avec un rendement national dépassant les 76%,

- La réutilisation des eaux usées et la construction de grands barrages d’une capacité de stockage de 2,7 milliards de mètres cubes – actuellement il y a 145 barrages d’une capacité de stockage de. 18,7 milliards de mètres cubes,

- L’adaptation aux changements climatiques et la mise en place d’un plan de lutte contre la pollution.

 

Mais quel est l’avenir pour les ressources hydrauliques du Maroc ?

En plus de cette nouvelle loi et de ces projets ambitieux, le pays opte pour une diversification des ressources en eau, notamment avec l’utilisation d’eaux non conventionnelles.

 

  [MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0