Mediaterre

   

Un modèle de valorisation des forêts basé sur le paiement des services environnementaux à Costa Rica


Dans les années 70 et 80, le Costa Rica avait le taux de déforestation le plus élevé d'Amérique Latine. Mais dans les décennies à venir, le pays a arrêté la déforestation, a commencé à replanter et a récupéré la quasi-totalité de la zone déboisée. Grâce à ses méthodes et ses efforts, le Costa Rica est devenu une référence mondiale en matière d'entretien des forêts.

Aujourd'hui, 60% du territoire costaricain a une couverture de forêts et mangroves. Le changement climatique causé par l'humanité a été renforcé par une stratégie simple de valorisation des forêts à travers le paiement des services environnementaux, connu sous le nom de PES (Payment for Environmental Service). La stratégie de paiement des services environnementaux a pour but de traiter les forêts comme une entreprise de services.

Dans une propriété où il y a une zone préservée, au lieu d'utiliser son territoire pour planter, le propriétaire reçoit une redevance pour garder la forêt intacte. Ce montant provient d'un fonds que les entreprises et les citoyens paient. Le modèle de paiement des services environnementaux a été adopté par d'autres pays du monde entier. Parmi les gouvernements qui reconnaissent le succès de cette stratégie, le Rwanda, qui s'est engagé à restaurer son territoire naturel et a signé un protocole de coopération avec le Costa Rica en 2019.

Au cours des 20 dernières années, 500 millions de dollars ont été versés aux propriétaires fonciers et aux agriculteurs, ce qui représente un total de 2,4 millions de forêts préservées. Près de 3 millions de personnes visitent le pays pour visiter ses parcs nationaux et autres zones de préservation qui couvrent près du quart du territoire national et abritent 1 million d'espèces d'insectes, de plantes et d'animaux.

Depuis 1997, près d'un million d'hectares de forêt au Costa Rica ont fait partie de ces programmes de «paiements pour services écosystémiques» (PSE) à un moment ou à un autre. Pendant ce temps, le couvert forestier est revenu à plus de 50 pour cent de la superficie du pays, contre un minimum d'un peu plus de 20 pour cent dans les années 1980.

[MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0