Mediaterre

Agriculture et changement climatique : le gel affecte les vignerons et les producteurs de bleuets des Maritimes



  • Dans la nuit du 5 au 6 juin, le mercure était à -3 °C, dans certaines zones des maritimes. Une température insupportable pour les vignes en croissance. Plus de la moitié des pieds de vigne des Maritimes ne produiront aucun raisin à cause du gel des bourgeons.

    Les producteurs de bleuets quant à eux, perdront plus de la moitié de leur production par suite de la période de gel du début de la semaine. Un coup dur pour les producteurs qui se remettent à peine de deux années difficiles.

    Selon le président de l’Association des producteurs de bleuets sauvages du nord-est du Nouveau-Brunswick, Louis-Philippe McGraw, « On a parfois un petit gel. Mais c’est une situation plus sérieuse, très dramatique qu’on a eu  cette fois-ci. » Le gel a touché les plants de bleuets en pleine floraison. Une fois atteintes, les fleurs meurent et ne peuvent donc donner de fruits.

    Selon Louis-Philippe McGraw, « toutes les provinces maritimes ont été touchées. Il y a eu des températures jusqu’à -5 degrés dans certaines régions, puis ça ne touche pas seulement le Nouveau-Brunswick, mais bien la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et le Maine, qui est un grand producteur de bleuets. »

    Les deux dernières années ont été critiques pour les producteurs de bleuets dus à la diminution des prix. Avec les problèmes météorologiques qui s’ajoutent, les conséquences seront néfastes pour la récolte de cette année.

    Pour les vignobles, « Les pertes pourraient varier de 100 % pour certaines vignes, à 50 %. », d’après certains vignerons

    Selon Jill Maepea, météorologue chez Environnement Canada, « Au début de juin, les températures normales sont d’environ 21 degrés au maximum et 7 degrés au minimum ».

    Les conditions vont devenir près de la normale dans cinq ou sept jours. Mais les nuits passées ont été anormalement froides. Les agriculteurs de la province ont de nombreux stratagèmes pour prémunir les plantes du froid, mais ils ne s’attendaient pas à ce que les températures descendent aussi bas. Selon les agriculteurs la dernière fois qu’on a vu une situation pareille c’était en 1999.

    Sources : Acadie Nouvelle, Radio-Canada

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0