Sommet mondial sur le développement durable : discours de la République démocratique du Congo


M. RAYMOND TSHIBANDA N’TUNGAMULONGO, Ministre des affaires étrangères et de la coopération de la République démocratique du Congo, a déclaré que l’évaluation de la mise en œuvre des OMD avait révélé une situation contrastée.  Dans plusieurs secteurs, l’évolution tendancielle laisse entrevoir que nous ne sommes pas loin d’atteindre les cibles fixées pour 2015.  En ce qui concerne notamment l’incidence de la pauvreté, l’éducation, la santé maternelle et le taux de prévalence du VIH/sida, des progrès ont été réalisés.  En revanche, s’agissant de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, beaucoup reste à faire pour briser les barrières de la tradition et améliorer la représentativité des femmes dans les instances de décisions politiques, a reconnu le représentant.  Il a ajouté que le nouveau programme de développement, s’il est appliqué par tous, peut briser les disparités flagrantes et transformer positivement l’avenir de l’humanité.  Il a fait observer que sans la paix, aucune démocratie, aucune justice ne peut être garantie et aucun développement envisagé.  Investir dans la paix et la sécurité internationales a, par contre, pour effet de générer des dividendes importants à travers le monde, y compris sous formes de retombées économiques.  Pour parvenir à l’avenir que nous voulons, et réaliser les aspirations de tous nos peuples, l’ONU reste le creuset naturel, le Conseil économique et social, particulièrement le Forum politique de haut niveau, ainsi que les organismes du système des Nations Unies, sont des partenaires irremplaçables.  Il a dit, en conclusion, que la responsabilité ultime de l’action et de résultats résidait au niveau de chacun des États Membres.

[PROCESSODD]

Source : ONU

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0