Mediaterre

   

Le photovoltaïque devient service public au Cameroun


La société d’énergie électrique du Cameroun est entrée dans l’ère du solaire. Depuis la mise en service il y a quelques mois de la centrale thermique-solaire de Djoum (avec 600 panneaux solaires disposés sur environ 3500 mètres carrés de superficie), Eneo a fini par rejoindre le coin des grandes affaires proposées par cette énergie propre.

Car outre l’objectif de réduire la quantité de polluants produits pendant le processus de transformation en électricité prête à l’emploi, le Cameroun aspire également à se rapprocher de son indépendance énergétique, pour mettre fin à l’utilisation et à l’importation de combustibles, mais surtout pour ne plus être tributaire des fluctuations des marchés internationaux. Or, avec l’énergie solaire, la production d’électricité est directement réalisée dans le pays, sans aucune importation de combustible.

L’intérêt du concept de centrale hybride solaire-thermique réside dans la possibilité de moduler les puissances et dans le stockage de l’électricité à toute heure de la journée, indépendamment des conditions d’ensoleillement du site et le parc photovoltaïque de Djoum est actuellement le plus important du Cameroun. Sa capacité solaire de 186 KW sera associée à la capacité thermique installée de 1115 KW de la centrale: une contribution non des moindres au réseau électrique, auquel seront injectées depuis cette centrale à la fois de l’énergie thermique et de l’énergie solaire pour une capacité extensible de 372 KWc (kilowatts-crête).

La centrale de Djoum s’inscrit dans le plus vaste « Programme solaire » annoncé par Eneo, désireux d’installer des parcs photovoltaïques chargés de prendre le relais aux heures diurnes de centrales diesel déjà existantes. Aussi six sites sont-ils déjà à l’étude pour la poursuite du projet: il s’agit de de Lagdo, Garoua, Lomié, Bertoua, Yokadouma et Ngaoundal. Car en dépit de l’immense potentiel de l’énergie hydroélectrique du pays – grâce au fleuve Tanaga -, les pouvoirs publics ont entrepris de mieux répartir le mix énergétique national en valorisant les autres sources renouvelables disponibles, et notamment le solaire. Et l’on comprend aisément pourquoi le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun s’affaire autant dans le solaire au regard du taux moyen d’irradiation du pays, qui oscille entre 6 kWh/m2 par jour dans la région septentrionale, et 4 kWh/m2 par jour dans le Sud. Et ce, d’autant plus que le Cameroun doit poursuivre ses efforts et consolider ses acquis sur la voie de l’électrification, au vu de la position (11ème) qu’il occupe – avec un taux d’électrification de 53,70% – sur les 24 pays africains étudiés par l’indice mondial de la performance de l’architecture énergétique Global Energy Architecture Performance Index Report 2017, produit par le Forum économique mondial et le cabinet de conseil Accenture Strategy.

Rappelons à ce propos que la construction du parc photovoltaïque de Garoua, capitale de la région du Nord du Cameroun, a été confiée à la compagnie italienne Enerray, qui envisage de raccorder sa future centrale au réseau local et d’y produire 30 MW d’électricité. À travers EB Solaire, société créée dans le cadre d’un partenariat avec une importante entreprise camerounaise, Enerray développera son site sur 70 hectares de terrain, non loin de l’aéroport international de Garoua. La centrale remédiera non seulement à une absence totale d’électricité dans certaines aires de la région mais suppléera aussi, ailleurs, aux fréquentes coupures de courant.

Par ailleurs, Eneo s’apprête à installer 35 MW d’énergie solaire d’ici 2019 dans le Nord du pays, à savoir dans les trois villes de Ngaoundéré (pour une capacité de 10 MW), Maroua (15 MW) et Guider (10 MW). Ces trois centrales solaires, pour lesquelles les procédures de passation des marchés ont déjà été entreprises, devraient être opérationnelles dès le premier semestre de l’an prochain.

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0