L'étendue de la banquise dans l'Antarctique est la plus faible jamais enregistrée


La période prolongée de températures élevées se poursuit dans le monde, l'Arctique enregistrant une chaleur exceptionnelle et l'étendue de la banquise dans l'Antarctique étant la plus faible jamais enregistrée, a indiqué vendredi l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Selon des études de l'Administration américaine sur les océans et l'atmosphère (NOAA) et de l'Institut Goddard pour les études spatiales de la NASA, les températures moyennes mondiales enregistrées en janvier ont été les troisièmes plus élevées, après janvier 2016 et janvier 2007. La température moyenne a été de 0,88° Celsius au-dessus de la moyenne du 20ème siècle de 12° Celsius.

L'OMM rappelle que la variabilité climatique naturelle, tels que les phénomènes météorologiques El Niño et La Niña, signifie que la planète ne connaîtra pas de nouveaux records de température chaque mois ou chaque année. Plus importante que le classement mensuel est la tendance à long terme de la hausse des températures et des indicateurs du changement climatique tels que les concentrations de CO2.

Au moins trois fois jusqu'à présent cet hiver, l'Arctique a été témoin de l'équivalent polaire d'une canicule, avec de puissantes tempêtes atlantiques entraînant un afflux d'air chaud et humide et des températures en hausse proches de zéro. La température dans l'archipel arctique de Svalbard, au nord de la Norvège, a ainsi dépassé 4,1° Celsius le 7 février.

« Les températures dans l'Arctique sont tout à fait remarquables et très alarmantes », a déclaré le Directeur du Programme mondial de recherche sur le climat, David Carlson.

Ces changements dans l'Arctique affectent le climat dans d'autres parties du monde. Les changements concernant le jet stream, le très fort vent d'altitude qui contribue à réguler les températures, ont eu pour conséquence qu'une grande partie de l'Europe, de la péninsule arabique et de l'Afrique du Nord ont connu des températures exceptionnellement froides, tout comme des parties de la Sibérie et de l'ouest des États-Unis.

L'étendue de la banquise enregistrée par satellite a été la plus faible en 38 ans pour le mois de janvier, à la fois dans l'Arctique et dans l'Antarctique, selon le Centre national de données sur la neige et la glace des États-Unis (NSIDC). L'étendue de la banquise arctique atteignait en moyenne 13,38 millions de kilomètres carrés en janvier. C'est 260.000 kilomètres carrés de moins qu'en janvier 2016.

« La période de reconstitution pour la banquise dans l'Arctique est normalement en hiver, quand elle gagne en volume et en étendue. La reconstitution cet hiver a été fragile, au mieux, et il y a eu quelques jours en janvier où les températures étaient vraiment au-dessus du seuil de fonte », a déclaré M. Carlson. « Cela aura des implications sérieuses pour l'étendue de la banquise dans l'Arctique en été aussi bien que pour le système climatique mondial ».

Communiqué de l'ONU
Conférence de l'OMM (an)

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0