Mediaterre

   

Comment l'IRAD développe les semences améliorées de maïs pour doper la production au Cameroun


Plante herbacée tropicale annuelle de la famille des Poacées, le maïs (Zea mays L., du nom scientifique) est une céréale de plus en plus développée dans les différents champs semenciers de l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) disséminés à travers le Cameroun, dans l’objectif d’améliorer de manière durable la production nationale. C’est ainsi qu’à l’antenne de Soukoundou (dans le Mayo-Louti), l’on trouve entre autres variétés expérimentées, le SMS 9015, le TZL, le W6, l’EVDT, le TZEE et l’OBATAMBA.  À l'antenne de Bibémi (dans la Benoué), deux hectares de semences de la variété 8806 (ou maïs jaune) ont été développées au cours de la récente saison. À Béré (dans le Mayo-Rey) une dizaine d’hectares environ de la variété 8501, favorable beaucoup plus à la zone agro-écologique soudano-sahélienne (Nord et Extrême-Nord) est développée.

Dans le champ d’essai de la localité de Meskine et à la ferme de Guiring (dans le Diamaré), les chercheurs harmonisent aussi des semences de base améliorées de maïs jaune et blanc et des techniques culturales modernes pour optimiser la production. Et selon les experts de l’institut que manage Dr. Noé Woin, sous la tutelle technique du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MINRESI), le rendement potentiel des variétés composites est de 5 à 6 tonnes à l’hectare pendant que celui des variétés hybrides table sur 8 à 9 tonnes à l’hectare.

D’après les responsables filière maïs de l’IRAD, «l’institut produit en moyenne 300 tonnes de semences améliorées de maïs par an». Pour une agriculture durable, il est déconseillé de brûler régulièrement les résidus des récoltes de campagne antérieure. Pour un semis conséquent, les experts prescrivent 20 à 25 kg de semences à l’hectare. Céréale plus cultivée et consommée dans les cinq zones agro-écologies du Cameroun, le maïs est, selon les données disponibles, produite sur environ 9 millions d’hectares.

Il constitue aussi une importante source de revenus pour les producteurs. Dans l’alimentation humaine, le maïs est consommé comme épis rôtis ou bouillis, comme bouillie pour les enfants et personnes adultes, comme beignets, biscuits et la bière de fabrication artisanale. Au demeurant, ses grains sont à longueur d’année utilisés dans la composition de différents mets locaux. En ce qui concerne l’alimentation animale, sa provende est utilisée pour la volaille, la porciculture, etc. C’est également une plante fourragère largement utilisée dans la partie septentrionale du pays. Bien évidemment, c’est une céréale qui présente des opportunités dans le secteur industriel (notamment brassicole).

La production nationale et annuelle de maïs au Cameroun est estimée à…pour une demande évaluée à 3 millions de tonnes par un Rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). Pour mémoire, la variété COCA SR (une composite de couleur blanche tolérante aux maladies foliaires d’altitude et à la striure), créée en 1990 et protégée depuis 2012 a été a valu une médaille en or au Cameroun, lors de la 44è édition du Salon international des inventions de Genève (Suisse), le 13 au 17 avril 2016.

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0