Mediaterre

   

Comment nos vêtements influencent l'air que nous respirons


L’influence sur notre santé des polluants transportés par nos vêtements devrait faire l’objet d’une étude plus approfondie. Dusan Licina, professeur assistant tenure-track au Smart Living Lab, à l’EPFL de Fribourg, explore de nouvelles pistes de recherche dans un article critique. 

Un nombre croissant de preuves montre que nos vêtements nous exposent quotidiennement aux particules et aux produits chimiques. Cette exposition pourrait avoir d’importants enjeux de santé publique. Les chercheurs devraient donc s’efforcer de mieux la quantifier afin de prévenir les risques. Telles sont les conclusions de l’article critique publié par Dusan Licina, professeur assistant tenure-track au Smart Living Lab, dans la revue « Environmental Science and Technology ». Bien que nos vêtements nous protègent des agressions extérieures potentielles, ils peuvent aussi absorber et libérer chaque jour des millions de produits chimiques et de particules biologiques potentiellement toxiques, selon la façon dont nous les traitons et les portons. Certains produits chimiques et particules disparaissent pendant le lavage, le séchage et le stockage, tandis que d’autres persistent ou s’y installent.

Analyse de 260 articles
Parmi eux se trouvent des produits chimiques moléculaires, des particules abiotiques et des particules biotiques (microbes et allergènes), qui finissent tous dans nos poumons. On peut penser aux résidus de nicotine, mais aussi aux microbes d’animaux de compagnie ou, encore, aux particules nocives liées aux secteurs agricole, médical et industriel. Étonnamment, la science a jusqu’ici montré peu d’intérêt pour ce phénomène, comme l’illustre une première partie de l’étude de l’EPFL. Celle-ci présente l’état de la recherche scientifique sur la base de 260 articles jugés pertinents. Une analyse qui permet d’affirmer que les connaissances dans ce secteur sont très fragmentées et qu’il y a encore beaucoup d’inconnues à explorer. »Nous pensons que le sujet a été jusqu’à présent très peu étudié. Les vêtements et les textiles que nous portons ont pourtant énormément changé ces dernières années. Nous avons affaire à des matériaux synthétiques avec des additifs antimicrobiens, anti-UV, antitaches ou anti-eau, mais personne ne peut dire si ces vêtements nous exposent à plus de produits chimiques et de particules que les fibres naturelles », explique Dusan Licina.

Un impact considérable
Pour lui, les vêtements devraient porter une étiquette indiquant non seulement leur matière, mais aussi les substances utilisées au cours de leur fabrication, à l’instar du nutriscore qui informe les consommateurs sur la qualité nutritionnelle d’un aliment sur une base scientifique. « Actuellement, il n’y a pas de réglementation ou de loi à ce sujet», souligne-t-il. En résumé: nous en savons assez pour dire que les vêtements influencent considérablement nos expositions quotidiennes aux produits chimiques et aux polluants par l’air que nous respirons et par la peau, mais nous avons besoin de plus de recherche pour connaître leur conséquence sur la santé.

Lire la suite de l’article. 

(Source : Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL))

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0