Mediaterre

Jacigreen : l'entreprise qui donne de la valeur à une plante envahissante



  • Au Burkina Faso, l'accès à l'électricité est encore difficile et très inégale. Si dans les grandes villes le réseau électrique approvisionne environ 20% de la population, ce taux n'atteint que 5% pour les populations rurales. De plus, la production d’énergie dépend à 70% de centrale thermique à combustion fossile. (source

    Dans le même temps, le pays doit faire face à un fléau pour son écosystème. En effet, son  territoire est envahi par la jacinthe d’eau, espèce considérée comme l’une des 100 pires espèces envahissantes selon l’Union internationale pour la conversation de la nature (UICN). Cette plante menace à la fois la faune et la flore des régions où elles s’installent, en étouffant les espèces natives par exemple, mais aussi les activités humaines en rendant très difficile la pêche dans les zones envahies. 

    C’est à ces deux problèmes majeurs qu’à décider de s’attaquer la Jeune championne de la Terre 2017, Mariama Mamane. Avec Jacigreen, le nom de sa machine et de sa société fondée en 2016, elle veut transformer cette espèce invasive en engrais, biogaz et énergie. Son invention, encore en phase d’essai, consiste à « retirer la jacinthe d’eau, la faire fermenter puis la transformer en un engrais et un compost destinés aux agriculteurs ». Lors de la création de cet engrais, s’échappe également un gaz, récupéré et relié à un générateur pour fournir les familles alentour en électricité.  

    Cette invention permet donc d’utiliser le problème de l’invasion de la jacinthe d’eau pour régler de multiples problèmes de la région. Au-delà d’une lutte contre cette mauvaise herbe, Jacigreen souhaite protéger l’environnement, par la réduction de l'utilisation d’engrais chimiques mais aussi en permettant un accès à de l’énergie bien plus propre. En effet, jusqu’à présent les familles non connectées au réseau électrique utilisaient le bois entraînant une déforestation importante. De plus, l'accès à l'électricité est essentielle pour le développement des régions rurales. 

    Si l’application de cette solution n’est pas simple, notamment à cause du manque d’équipement au niveau local, l’ingénieure en environnement, forte de son prix de Jeune championne de la terre espère « pouvoir fournir 500 ménages en biogaz et plus d'un millier d'agriculteurs en engrais », à l’horizon 2021.

    [MOGED] 

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0