Mediaterre

   

Cameroun : 20 femmes et jeunes entrepreneures outillées sur la transformation de l'avocat en huile


Il est possible pour les femmes du paysage des monts Bamboutos de pratiquer des techniques de gestion durable des terres et de production durable, tout en en tirant des revenus qui améliorent leurs conditions de vie socio-économiques. Dans le cadre de la valorisation de la chaîne de valeurs avocat, l’organisation Services d’appui à la protection de l’environnement et au développement (SAPED) et ses partenaires ont rassemblé 20 femmes et jeunes entrepreneures du 9 au 10 mars 2022 à Mbouda (dans la région de l’Ouest-Cameroun), pour les outiller sur la transformation et le conditionnement de l’huile d’avocat. Selon le coordonnateur des programmes à SAPED, Gervais Junior Nsibeuweula Kam, l’activité s’inscrivait dans le cadre du renforcement des capacités socio-économiques des PME des femmes et des jeunes, pour l’amélioration de leur productivité et le conditionnement de leurs produits.

La formation a permis aux participantes de revisiter le processus de fabrication et de transformation pour produire mieux et surtout mieux vendre leurs produits. L’autre enjeu est de minimiser les pertes post-récolte qui, au niveau de la filière avocat, s’évaluent à 30% selon les chiffres officiels du ministère camerounais de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER). Le choix porté sur l’avocat est davantage justifié par le fait qu’il s’agit d’une filière porteuse, à même de transformer le quotidien et le niveau de vie des femmes du paysage des monts Bamboutos. Ce d'autant plus que le litre d’huile d’avocat coûte entre 20 000 et 25 000 F.CFA (entre 30,4 et 38,1 euros). D’après les chiffres communiqués par la délégation départementale de l’Agriculture des Bamboutos en avril 2018, les estimations de production d’avocat faisaient état de plus de 133 600 tonnes par an.

La formation a également mis un point d’honneur sur le respect des normes de production et la qualité, pour que les femmes entrepreneures soient professionnelles et compétitives sur le marché aussi bien local, national qu’international. Et qu’elles puissent également conquérir des parts de marché importants. Auparavant, ces PME ont reçu en juin et novembre 2021 des formations sur les questions d’agribusiness management et de marketing. L’objectif était de mieux les capaciter à organiser leur business, mieux connaître le marché et mieux vendre.  

L’activité va en droite ligne de la mise en œuvre du projet Women in COBALAM financé par l’Union européenne et le Fonds mondial pour l’Environnement, pour une durée de trois ans (2020-2022). A en croire le coordonnateur des activités de Rainforest Alliance - partenaire au projet - pour la région de l’Ouest, Jacques Waouo, le projet vise à toucher 250 femmes directement et 1500 femmes de manière indirecte.

 

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0