Mediaterre

   

155 multinationales exhortent les dirigeants mondiaux à une résilience " zéro émissions nettes " après le covid


Plus de 150 multinationales viennent de signe une déclaration commune demandant aux gouvernements de répondre à leurs ambitions : aligner les aides économiques et les efforts de relance  à venir dans le sillage de la crise du covid-19, avec les exigences climatiques. 

Ces sociétés représentent une capitalisation boursière combinée de 2,4 milliards de dollars américains et font travailler plus de 5 millions d’employés. Elles sont présentes dans 34 secteurs et ont leur siège dans 33 pays. 

« Alors que le débat sur les plans de relance va s’intensifier dans les semaines à venir, les sociétés appellent à des politiques qui renforceront la résilience aux chocs futurs en soutenant les efforts visant à maintenir l’élévation des températures mondiales sous 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels, ce qui correspond à atteindre le zéro-émissions de carbone avant 2050 », expliquent les entreprises dans un communiqué du Pacte mondial des Nations Unies (UN Global Compact),de la coalition We mean businesset l’initiative Sciences based targets.

Cette dernière regroupe les 155 entreprises concernées, qui ont d’ores et déjà « fixé ou se sont engagées à fixer des objectifs de réduction des émissions basés sur les données scientifiques », et souhaitent que les gouvernements donnent « la priorité à une transition plus rapide et plus juste d’une économie grise à une économie verte ».

«Sauver des vies et des moyens de subsistance, et construire un avenir prospère, inclusif et durable, sont au cœur de nos efforts pour nous remettre de COVID-19», a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres. «Nous pouvons vaincre le virus, lutter contre le changement climatique et créer de nouveaux emplois grâce à des actions qui nous font passer de l'économie grise à l'économie verte. De nombreuses entreprises nous montrent qu'il est effectivement possible et rentable d'adopter des plans durables de réduction des émissions, même dans des moments difficiles comme celui-ci. . »

«Il est impératif non seulement de redémarrer l'économie mondiale - mais aussi de la réinitialiser. Ce serait une tragédie si, après avoir dépensé 10 à 20 000 milliards de dollars d’argent public, nous reconstruisions simplement la même économie inégale, vulnérable et à haute teneur en carbone que nous avions auparavant », a déclaré le Dr Andrew Steer, président-directeur général du World Resources Institute et du SBTi Board Membre. 

Le Pacte mondial des Nations Unies travaille avec les entreprises du monde entier, soit 10000 entreprises et 3000 signataires non commerciaux, basés dans 160 pays. 

L'initiative Science Based Targets mobilise les entreprises pour fixer des objectifs scientifiques et renforcer leur avantage concurrentiel dans la transition vers une économie à faible émission de carbone. Il s'agit d'une collaboration entre le CDP, le Pacte mondial des Nations Unies, le World Resources Institute (WRI) et le Fonds mondial pour la nature (WWF) et l'un des engagements de la We Mean Business Coalition. 

La coalition We Mean Business est une coalition mondiale d'organisations à but non lucratif travaillant avec les entreprises les plus influentes du monde pour agir contre le changement climatique.

(Photo ONU) 

[MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0